Talentum Hainaut

8 articles trouvés

  • En termes d’effectifs, l'Intercommunale de Santé publique du Pays de Charleroi (ISPPC) est la deuxième plus importante de Wallonie et le premier employeur de la métropole hennuyère. Elle ne compte pas moins de 6.000 collaborateurs. Ses besoins de recrutement sont permanents et extrêmement variés.
  • Dans le cadre de son nouveau contrat de gestion, le Forem s'est fixé des objectifs ambitieux, à la fois pour son fonctionnement interne et en termes de services rendus aux citoyens. Cela nécessite notamment une informatique performante et l’engagement de profils IT.
  • Les questions liées à l’énergie et au climat sont au cœur de l’activité de la société ORES. Il ne suffit toutefois pas de décréter que l’on veuille travailler à la lutte contre le réchauffement climatique. Encore faut-il s’en donner les moyens et disposer de ressources humaines compétentes. De no...
  • Au Grand Hôpital de Charleroi (GHdC), de nombreux postes sont à pourvoir tout au long de l’année. Pour se démarquer de la concurrence en vue d’attirer de nouveaux talents, l’hôpital mise sur la qualité de vie au travail, l’accueil des nouveaux engagés et stagiaires notamment dans le secteur des s...
  • Qui dit hôpital dit blouses blanches et personnel soignant. Il ne faudrait cependant pas oublier le fonctionnement technique qu’impose la mise à disposition d’un tel bâtiment et de ses équipements. Ici aussi, les effectifs sont d’une importance cruciale.
  • Conducteur de bus ou de métros sont évidemment des métiers qu’on s’attend à trouver du côté du TEC mais pas que. L’entreprise est en effet face à de nombreux défis, notamment environnementaux, qui exigent de nouveaux profils qu’elle cherche à recruter…
  • Six hôpitaux ou groupes hospitaliers seront présents au salon Talentum Hainaut organisé le 29 septembre à Charleroi. C’est peu dire que le secteur a besoin de nouveaux talents. Et pas seulement dans les métiers du nursing.
  • Alors que se tiendra prochainement le salon de recrutement Talentum, dans le Hainaut, le géant français du ferroviaire – qui dispose de deux sites en Belgique – mise sur le retour en grâce du train pour se hisser au-dessus d’un marché de l’emploi sous tension.