"La priorité des entreprises : les ressources humaines"

Hier soir s’est tenue l’élection de l’Employer of the Year 2014. Au terme d’une enquête nationale de grande envergure menée par Vacature|Références et Acerta, avec la collaboration du partenaire académique Vlerick Business School, plusieurs entreprises ont été distinguées en vertu de la qualité de leur stratégie RH. L’Employer of the Year Award vise ainsi à reconnaître une organisation parvenant à  élaborer une stratégie RH cohérente pour son personnel, à  la mettre réellement en œuvre au niveau interne et à  communiquer sur ce point vis-à -vis du monde extérieur.

Trois catégories d’entreprises étaient retenues. Les entreprises « profit » de plus de 500 personnes, opérant dans le secteur privé, réparties en 24 catégories de base. Les entreprises « non-profit », regroupant les autorités fédérales et régionales, les administrations locales, provinciales et communales, les entreprises publiques, l’enseignement… Enfin, les entreprises « social profit » (milieu hospitalier, ONG, organismes d’aide etc.) étaient également en lice. Le concours comprenait également un « prix du public » et un « diversity award », décerné à  l’entreprise s’étant le mieux distinguée par sa politique de diversité. Vous retrouverez les résultats complets du concours ici.

Le jury était constitué de dix membres, présidés par Maxime Jadot, CEO de BNP Paribas Fortis. Juriste de formation, Maxime Jadot est actif dans le milieu bancaire depuis plus de trente ans. Il a exercé plusieurs fonctions à  la Générale de Banque (Directeur d’Agence, Directeur de Réseau d’Agences, Directeur Marketing, Directeur de Zone), avant d’occuper des postes de direction au sein du groupe Fortis France. Il est aujourd’hui « premier banquier du royaume ». Ses années d’expérience dans le corporate finance et l'investment banking et son environnement familial (il est l’arrière petit-fils du fondateur de la société Bekaert et exerce aujourd’hui un mandat d'administrateur au sein de cette même entreprise, mandat autrefois exercé par son grand-père pendant douze ans. Il est également le petit-neveu de l’ancien gouverneur de la Société Générale de Belgique) font de lui un juge avisé des politiques RH des entreprises belges. Il a répondu à  nos questions.

Quelle est votre impression des gagnants de la soirée ?

Les gagnants sont ceux qui ont combiné une vraie politique RH avec un soin apporté à  leur dossier. Ces deux éléments sont importants : le contenu et la forme du dossier, qui reflète l’importance que l’entreprise attache à  sa politique RH. À défaut d’une bonne communication avec le monde extérieur à  propos de sa politique RH, une entreprise ne parviendra pas à  attirer les talents, même si elle bénéficie d’une aura positive en interne.

Quels éléments sont-ils particulièrement remarquables cette année ?

Les entreprises qui ont remporté les prix d’employeurs de l’année dans le domaine profit sont toutes des filiales de groupes étrangers (Siemens, Janssen Pharmaceutica et Bayer, NDLR). Ces entreprises, qui sont de très grande taille – ici et à  l’étranger –, soignent particulièrement leur image sur le marché des ressources humaines, pour attirer les grands talents.

En revanche, les réseaux d’enseignement ont été sous-représentés dans le concours. Ils bénéficient pourtant d’une reconnaissance du grand public, qui souhaite travailler pour ces entreprises-là . Mais ils ne transmettent pas du tout cela dans un travail de forme. C’est peut-être une question de moyens et de priorités. Mais nous devrions les encourager à  travailler ces éléments de forme et de visibilité.

Une entreprise s’est-elle détachée du lot ?

Nous avons eu un coup de cœur pour La Poste. Cette société a réussi à  faire fi de sa perception relativement ancienne auprès du grand public. Elle a totalement réinventé la figure du facteur et du trieur de poste. Cette entreprise a achevé un travail de titan en dix ans, qui se marque d’ailleurs aussi dans le travail du résultat financier, dans la créativité des produits, l’introduction en bourse, etc.

Par ailleurs, à  titre personnel, je suis très heureux de la distinction de l’UZ Leuven, même si je n’ai pas participé à  cette élection. Je suis membre du conseil d’administration de cette entreprise et je me suis retiré du jury au moment des délibérations à  son sujet. Mais je suis très heureux qu’elle ait été couronnée.

Avez-vous remarqué une évolution dans les politiques RH ces dernières années ?

Je dirais que la priorité RH est amplifiée. Pour deux raisons. Malheureusement, parce que la crise pousse les entreprises à  se réorganiser. Ensuite parce que les entreprises investissent davantage dans leur image. Elles cherchent à  attirer les jeunes et à  motiver les cadres.

Les entreprises ont également changé la priorité de leur politique RH elle-même. Elles accordent davantage d’importance à  la diversité, que ce soit en termes de genre, d’âge, d’origine ou de handicap. Elles se fixent des objectifs de quotas très spécifiques de management. En somme, elles tentent de répondre aux besoins d’une société en constante évolution.

 

Retour à la liste