Passer au contenu principal

« A l’ISPPC, la crise nous a rapprochés »

Rédigé par: Mélodie Voué
Date de publication: 29 juin 2020

Avec ses quatre hôpitaux, sa dizaine de polycliniques, ses trois maisons de repos et son secteur Enfance, l’Intercommunale de santé publique du pays de Charleroi emploie quelque 5.000 personnes. Une petite ville pourtant relativement épargnée par la crise. Son secret ? Anticipation et solidarité.

ISPPC

« Qualité et sécurité font partie de notre ADN ». C’est ainsi que Frédéric Dubois, directeur de la communication, explique le faible taux de contamination au sein du personnel. En effet, seules 96 infections à la Covid-19 (et aucun décès) ont été détectées sur les 5.000 travailleurs de l’ISPPC. La Haute Autorité de Santé française lui a d’ailleurs accordé, en mai dernier, la mention très honorable de B (sur une échelle de A à E) : « Pendant quelques mois en 2019, les équipes du CHU ont revu l’ensemble des protocoles de prise en charge des patients. Il y a eu une visite des experts du HAS en décembre. Ils nous ont dit que ce qu’on avait fait en 11 mois, certains n’y arrivaient pas en dix ans.» Un gage de qualité souligné avant la pandémie et qui s’est confirmé durant la crise: « Nous avons beaucoup anticipé. Nous avions déjà commandé des masques avant la crise et nous n’avons jamais été en rupture de stock. Nous avons été l’un des premiers groupes à dépister notre personnel, dès la mi-avril », poursuit Frédéric Dubois.

 

Une organisation millimétrée

ISPPC

Outre l’anticipation, l’ISPPC a aussi pu compter sur une organisation particulière. « Nous fonctionnions en système de cohortes. Le personnel travaillait 7 jours d’affilée, 12 heures par jour. Puis ils étaient en récupération 7 jours.» Un système qui a ravi les travailleurs : « C’était plus fatigant, mais nous avons eu beaucoup de bons retours parce qu’ils ont pu organiser leur vie de famille. C’était des équipes fixes, il n’y avait pas de mélanges entre les cohortes, ce qui permettait d’éviter les contaminations et de repérer les éventuels malades.» Résultat, le taux d’absentéisme n’a jamais dépassé les 1% au plus fort de la crise. L’ISPPC a également vu naître un grand élan de solidarité tant au sein des services que de la direction. Infirmiers, agents administratifs ou d’entretien troquaient régulièrement leur uniforme contre leur machine à coudre. Ainsi, 35.000 masques et 8.000 blouses ont été fabriqués pendant leur temps libre. La direction a d’ailleurs décidé d’accorder deux jours de congé supplémentaires à tous les membres du personnel, dont aucun n’a été mis en chômage temporaire durant la crise.

Avec plus de 70 métiers différents, l’Intercommunale recherche régulièrement des infirmiers et actuellement un coordinateur des quartiers opératoires. « Nous sommes très ouverts aux formations et à la possibilité d’avancement. Nous sommes à l’écoute de notre personnel et la crise nous a définitivement tous ressoudés », conclut Frédéric Dubois.

 

>> L'ISPPC recherche un(e) directeur(trice) des ressources humaines transversal(e) et un(e) directeur(trice) de la restauration

>> Retrouvez toutes nos offres d’emploi