«Avoir des compétences numériques est tout aussi capital que lire et écrire»

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 26 janv. 2021
Catégorie:

Avoir des compétences numériques

La pandémie de Covid-19 a profondément bouleversé le monde de l’emploi. Le télétravail et les outils numériques se sont subrepticement imposés comme la norme sans pour autant que les employés y soient prêts voire habitués. Pourtant, aujourd’hui, il semble indispensable de maîtriser le digital pour trouver du travail ou de passer par la formation numérique, le cas échéant.

Interface3.Namur est une ASBL qui mène depuis 2004 une série d’actions de sensibilisation et d’orientation autour des métiers de l’informatique et des outils numériques, en prônant un accès au digital et à l’emploi pour tous et toutes. En parallèle, l’ASBL namuroise propose des formations aux outils numériques et des formations ICT.

C’est dire que pour Interface3.Namur, le numérique a toujours été un indispensable du quotidien professionnel, bien avant que la crise du Covid-19 le (re-)positionne sur le devant de la scène. «Chez nous, le numérique était déjà important avant la pandémie», explique Aline Renard, formatrice, animatrice multimédia et chargée de communication chez Interface3.Namur. Pour elle, la situation actuelle a plutôt fait émerger des inégalités qui jusqu’alors étaient encore latentes: «les personnes se sont retrouvées seules chez elles avec des outils numériques et des pratiques de travail, comme la collaboration à distance, avec lesquelles elles n’étaient pas à l’aise».

Pour pallier cette fracture numérique et pour accompagner les travailleurs et/ou les demandeurs d’emploi, l’ASBL s’évertue à utiliser le digital comme un levier d’insertion professionnelle. «L’idée c’est d’en faire un atout et d’augmenter son profil professionnel avec des compétences numériques. Aujourd’hui, avoir de telles compétences permet d’accomplir ses missions professionnelles. C’est tout aussi capital que lire et écrire.»

Développer des réflexes et se repérer

Maîtriser les outils en ligne, les suites bureautiques, les espaces de stockages partagés, mais aussi apprendre à travailler en distanciel et à communiquer sur tous les canaux digitaux (réseaux sociaux, vidéos, etc.) font partie intégrante de l’apprentissage chez Interface3.Namur. «Nous voulons solliciter les différentes facettes de la communication digitale et apprendre à les utiliser dans un contexte professionnel», indique l’animatrice multimédia.

Mais il n’est pas seulement question de se former stricto sensu au numérique mais bien de se familiariser globalement avec ce dernier: «Nous ne formons pas à un outil en particulier, nous apprenons plutôt à développer une série de réflexes avec des outils numériques pour pouvoir ensuite appréhender d’autres environnements sans accompagnement.» On le voit, l’apprentissage chez Interface3.Namur prend en compte le caractère mouvant du digital et son évolution constante: «Il s’agit d’avoir un bagage de base pour continuer à découvrir le numérique et à avoir des repères afin de s’approprier l’inconnu.»

Un dispositif pédagogique, entre théorie et pratique, pour s’approprier pleinement les outils numériques et challenger les participants afin qu’ils apprennent constamment. «Au fond, la formation dure tout au long de la vie car les technologies évoluent sans cesse.»

Des formations pour tous les goûts

Mais, concrètement, quelles formations sont au programme de l’ASBL cette année? Le programme est riche et l’année démarre avec quatre formations en février. Deux formations aux outils numériques. La première se déroulera du 8 février au 18 mai et s’adresse aux personnes demandeuses d’emploi qui ont un profil professionnel défini et qui veulent ajouter des compétences numériques à leur profil. La seconde formation est destinée aux «entrepreneurs connectés», c’est-à-dire aux personnes créatrices d’entreprises ou porteuses de projet indépendant. Elle aura lieu du 15 février au 23 avril.

Interface3.Namur propose également deux autres formations consacrées à la découverte du secteur informatique et de ses métiers. Programmation, développement, maintenance, montage PC, etc. «Les métiers informatiques sont assez peu connus. Ils sont éloignés de la réalité, on a cette image de l’informaticien, du geek. Cette formation permet de faire découvrir en quoi consiste concrètement les métiers du secteur». La formation s’étend du 1er février au 23 avril. S’ajoute enfin une petite formation de trois semaines, du 1er février au 19 février, dédiée à la découverte de la programmation.

Julie Delcourt

>> Intéressé(e) par une de ces formations?