«Considérer le résident en tant que partenaire»

Date de publication: 15 mars 2019
Catégorie:

Pour accompagner et respecter la vie des seniors, les professionnels en maison de repos et de soins doivent faire preuve d’une grande empathie.

CHU UCL

Écoute, ouverture d’esprit, respect, humanité, investissement, bienveillance et interdisciplinarité. Ce ne sont là que quelques-unes des qualités nécessaires pour exercer les métiers de la santé, et en particulier ceux qui touchent de près aux soins à la personne. Ceux-ci restent avant tout des métiers altruistes, qui nécessitent une réelle vocation d’aide à autrui, l’envie d’apprendre continuellement et de développer des capacités de coordination et de travail en équipes interdisciplinaires. Pour évoquer leurs réalités actuelles, nous avons rencontré Laurent Tonnoir, Directeur de la maison de repos et de soins « Résidence Sainte-Anne », sur le site de Dinant du CHU UCL Namur.

Laurent [square]

L’entité hospitalière namuroise se définit elle-même au travers de 5 valeurs : bienveillance, excellence, exemplarité, respect et synergie. Comment celles-ci se manifestent-elles concrètement dans la vie des travailleurs et le contenu de leurs métiers ?

 « Les professionnels de la santé en maison de repos doivent posséder plusieurs qualités incontournables pour pouvoir exercer leur métier de manière qualitative et efficace. Savoir s’adapter, mettre de l’eau dans son vin, être à l’écoute,  faire preuve d’humanité et d’empathie représente en effet des traits absolument primordiaux. Le respect occupe ici une place éminemment centrale.» s’enthousiasme Laurent Tonnoir, en guise d’introduction. « Il s’agit vraiment de développer avec le résident une relation de partenaire. Tout l’art pour les soignants réside dans le fait de parvenir à combiner leur journée et leurs tâches avec les habitudes et besoins spécifiques des résidents. Tout en restant dans un cadre organisationnel inhérent à l’institution et indispensable à son bon fonctionnement. »

>> Postuler

Justement, quels sont exactement ces métiers qui coexistent et contribuent au bon fonctionnement d’une maison de repos et de soins ?

« De multiples métiers coexistent et s’exercent en étroite collaboration. L’interdisciplinarité est en effet absolument indispensable à l’efficacité des soins dans leur ensemble. Aides-soignants, infirmier(e)s, profils logistiques et techniques, profils paramédicaux (kinésithérapeutes, ergothérapeutes, logopèdes, etc…), animateurs…Tous contribuent à donner de la vie à la maison de repos, et à maintenir les capacités physiques et mentales et l’autonomie des résidents. Cela se traduit par exemple extrêmement bien dans le Cantou [NDLA : Centres d'Activités Naturelles Tirées d'Occupations Utiles (Cantou) sont des petites unités qui peuvent prendre en charge les personnes désorientées, atteintes de maladies dégénératives, ou dépendantes de manière temporaire ou définitive, à condition qu’elles présentent des symptômes de démence ou de la maladie d'Alzheimer], où communauté, solidarité, participation et subsidiarité sont des mots qui prennent tout leur sens. Dès que le résident n’est pas dans sa chambre, il rejoint ce lieu de vie, cet espace partagé et commun, où d’autres résidents jouent aussi un rôle d’animateur et d’accompagnement. Il constitue également une parfaite illustration d’interdisciplinarité, de collaboration et de synergies entre les différents professionnels des maisons de repos et de soins, et entre eux et les résidents.  Indépendamment des différents profils paramédicaux déjà présents, un(e) logopède à mi-temps nous rejoindra prochainement. Outre les problèmes de logopédie auxquels il s’attaquera, et qui sont généralement très sous-évalués, il accompagnera et formera les autres soignants, notamment autour des problèmes de fausse déglutition. »

UCL

Si les métiers de la santé sont objectivement éprouvants physiquement, mentalement et émotionnellement, ils sont également très épanouissants et offrent la reconnaissance et la satisfaction de contribuer au bien commun et à une réelle utilité sociale.

«  Ils impliquent évidemment une grande charge émotionnelle, notamment de par les jeux en enjeux relationnels qui existent avec les résidents. Ce sont des métiers où il fait savoir accepter la dégénération, l’hospitalisation, voire le décès de personnes avec qui l’on a parfois tissé des liens étroits pendant plusieurs années. Savoir faire son deuil est donc très important. En cela, trouver la bonne distance et la bonne position professionnelle est donc également fondamental. Pour y parvenir, indépendamment des ressources théoriques, le meilleur moyen reste le partage d’expérience et les discussions interdisciplinaires, qui constituent donc réellement une des clés de la réussite du travail en maison de repos. »

 

>> Postuler

PLUS DE RENSEIGNEMENTS ?
Prenez directement contact avec M. Laurent Tonnoir, Chef du Département Pharmacie : Directeur de la maison de repos, Site Résidence Sainte-Anne : laurent.tonnoir@uclouvain.be ou 082/21.28.72.

Retrouvez le détail de cette offre sur notre site www.chuuclnamur.be, Onglet «travailler au CHU», Rubrique «Hébergement» et postulez via notre formulaire en ligne.