« Créer » des collaborateurs heureux

Quels sont les ingrédients de la satisfaction des collaborateurs ? Frédérique Bruggeman, Managing Director de Robert Half, s’est penchée sur la question en s’appuyant sur sa propre expérience. Elle nous livre son point de vue. 

Selon le « Better Life Index » de l’OCDE, la Belgique détient un bon score en termes d’équilibre entre carrière et vie privée. On ne peut que s’en réjouir. Malheureusement, on entend souvent d’autres échos sur la satisfaction des collaborateurs et la quête d’un équilibre optimal entre travail et sphère privée. Sur une échelle de 0-100, les employés belges évaluent leur degré de satisfaction à 65,2, soit moins que dans les pays voisins tels que l’Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Il reste donc du chemin à parcourir.

> Avoir de chouettes collègues est indispensable pour être heureux au travail

Nic Marks, expert en bonheur et fondateur d’Happiness Works, définit le bonheur comme « une expérience agréable. Il s’agit d’un terme émotionnel que nous utilisons pour synthétiser la qualité des expériences dans notre travail quotidien ; si l’on se sent bien et si on preste bien, en fait ». La satisfaction au travail ne peut aujourd’hui plus être interprétée comme un concept abstrait ou vague qui est simplement « agréable » pour les employeurs. Elle forme non seulement la culture ainsi que la force d’attraction de l’entreprise dans sa quête de personnel qualifié, mais elle détermine aussi la disposition des collaborateurs à continuer à travailler dans votre entreprise. Comment vous démarquer en tant qu’employeur ? Comment répondre aux attentes des collaborateurs sans nuire à la productivité ?

L’impact de collaborateurs (in)satisfaits est énorme. Des employés satisfaits constituent les maillons forts d’une entreprise florissante. Une étude de l’Université de Warwick (Grande-Bretagne) a démontré que les travailleurs satisfaits étaient jusqu’à 12 % plus productifs.

Qu’est-ce qui rend les travailleurs heureux ? D’après notre sondage, parmi les trois premiers critères en Belgique, figurent le respect et la loyauté, le fait de se sentir valorisé et la liberté. Plutôt qu’une belle voiture de société et un salaire élevé, les Belges recherchent un travail porteur de sens, qui leur permet de contribuer au fonctionnement d’une entreprise et de l’influencer. Chez Robert Half, nous constatons de plus en plus que l’implication des collaborateurs et le succès de l’entreprise sont étroitement liés.

Dans la pratique, cela se traduit de diverses manières. Chez Robert Half en Belgique, nous avons par exemple demandé à tous nos collaborateurs leur avis lors de l’aménagement de notre nouveau Corporate Service Center de Grand-Bigard. Résultat : notamment un espace calme, où chacun peu s’isoler pour pouvoir mieux se concentrer. La demande en ce sens était importante. Nous essayons par ailleurs chaque jour de les impliquer activement dans notre modèle d’organisation.

Dans un people business tel que le nôtre, les collaborateurs représentent le meilleur atout. Ce sont eux qui font la différence pour les clients. Il est donc évident pour nous qu’ils aient voix au chapitre en ce qui concerne le fonctionnement de l’entreprise. Des collaborateurs satisfaits sont davantage impliqués, plus loyaux, créatifs, productifs et dynamiques. Mais attention : ce n’est pas le fruit d’un investissement unique. Les entreprises doivent veiller sans relâche à déceler les signes d’insatisfaction latente.

Six facteurs qui influencent la satisfaction des collaborateurs :

1. L’implication et l’empowerment : vous devez faire en sorte que vos collaborateurs sentent qu’ils font partie d’un ensemble plus large. Donnez-leur (plus souvent) carte blanche pour prendre des décisions, ou imposez-leur le moins de règles possible dans le processus décisionnel. Vous augmenterez ainsi leur satisfaction à différents niveaux. Ils auront plus de responsabilités et se sentiront plus impliqués dans les activités de l’entreprise. Soutenez-les en votre qualité de manager, mais n’agissez pas comme un micro-manager et ne les privez pas de la possibilité d’évoluer. Instaurez une culture dans laquelle votre équipe sera encouragée à enrichir sa capacité de résolution des problèmes en prenant des risques intelligents et stratégiques et en leur donnant l’occasion de partager des idées neuves et créatives.

2. L’évaluation bilatérale continue : la reconnaissance et la valorisation du travail des collaborateurs sont importantes. Abordez régulièrement leur évolution de carrière et/ou leur formation afin de leur rappeler l’importance de leur rôle dans l’entreprise. Et gardez à l’esprit qu’il existe un lien direct entre le style de leadership et la pérennité de la satisfaction des collaborateurs.

3. Investissez dans vos collaborateurs : engager de nouvelles recrues coûte plus cher que les fidéliser.

Investissez dans les formations, montrez-leur que vous voulez les garder à bord et que vous souhaitez investir dans leurs compétences et leur avenir. Investissez dans leur épanouissement personnel.

Investissez également dans le cadre professionnel au sens large. Prenez la température et trouvez des solutions en vue d’améliorer la productivité et de contribuer à la réalisation des objectifs de l’entreprise. Activités déstressantes, horaires/bureaux flexibles, digital detox hebdomadaire… : soyez à l’écoute des besoins, évoquez ensemble les possibilités et fixez des accords clairs.

4. Le sentiment de reconnaissance : instaurez un environnement de travail positif avec des relations positives. Montrez à vos collaborateurs que vous appréciez leurs efforts et leur engagement. Identifiez et soulignez davantage les points forts de vos collaborateurs plutôt que leurs failles car la critique positive est elle aussi primordiale.

5. Fixez des accords clairs : l’interaction entre employé et employeur est essentielle. Une entreprise se doit de mettre à disposition de ses collaborateurs la technologie nécessaire pour travailler, dans la mesure du possible, où et quand bon leur semble. Vous devez toutefois attirer leur attention sur le fait que ce n’est pas parce qu’ils peuvent être disponibles partout et en permanence que ce doit être le cas. À l’heure actuelle où les stimuli sont omniprésents, vous devez veiller à ce que vos collaborateurs puissent et osent se déconnecter. En concluant des accords clairs et en ravivant la passion de vos employés, l’échange ne portera plus sur le fait de lire ou non ses mails en dehors des heures de travail, mais bien sur l’enchaînement fluide entre travail et sphère privée dans une vie intégrée où le travail ne constitue plus une contrainte.

En résumé : les collaborateurs les plus heureux se sentent soutenus par leurs collègues et managers, se passionnent pour leur travail et disposent des ressources nécessaires pour être productifs. Instaurer un dialogue ouvert et franc avec vos collaborateurs est une première étape clé vers cette productivité. La morale de l’histoire : la satisfaction au travail est cruciale pour vos collaborateurs et pour la pérennité de votre entreprise. Et last but not least, vous pouvez influencer directement ce processus.

Publié :

Retour à la liste