« En mangeant, on fait le choix du monde dans lequel on veut vivre »

Rédigé par: Laurence BRIQUET
Date de publication: 22 avr. 2022

Est-ce que ce que nous mettons dans notre assiette peut avoir un impact sur la transition écologique ? C’est, en tout cas, la conviction de Nathalie Pfaff, General Manager de Danone en Belgique, une entreprise dont l’engagement en faveur de la durabilité a pas loin de 50 ans...

Le développement durable, on le retrouve dans l’ADN de la société Danone depuis près de 50 ans. « En 1972, devant un parterre de patrons, Antoine Riboud, le fondateur de Danone, a fait un discours dans lequel il expliquait qu’il ne pouvait pas y avoir de progrès économique sans progrès social », explique Nathalie Pfaff, General Manager de Danone. « Ce discours a ancré notre modèle de business depuis 50 ans. Aujourd’hui, on travaille encore et toujours à accélérer notre impact (positif) sur la société et la planète ».

En Belgique, le groupe Danone représente 4 entités : les produits laitiers frais, les produits végétaux, les eaux (comme Volvic, evian ou Badoit) et la nutrition spécialisée. Les 4 sont certifiées ‘’B Corp’’, ce qui permet de mesurer l’impact social et environnemental de l’entreprise qui emploie quelque 1.800 personnes dans le pays.

Nathalie Pfaff

Nathalie Pfaff, General Manager de Danone

Usine du futur

A l’heure actuelle, le développement durable et la transition écologique sont de vrais moteurs d’engagement pour le personnel de l’entreprise. Une entreprise qui a rejoint, en 2020, la coalition ‘’Belgian Alliance for Climate Action’’ (BACA), qui entend réduire les émissions de CO2 en ligne avec l’accord de Paris de 2015. « On veut être « zéro émission » sur toute la chaîne, de la ferme à la fourchette comme on dit ». Pour atteindre ses objectifs, Danone se donne les moyens. Son site de production de Rotselaar, par exemple, a reçu le titre d’« usine du futur » pour ses engagements durables (elle fonctionne à 100% avec de l’électricité renouvelable, les bouteilles d’Actimel qui y sont fabriquées sont passées de 11 à 5,35 grammes…). 

« A chaque fois, on se challenge », note encore la General Manager. 

« Actimel, récemment certifié neutre en carbone, travaille avec des fermiers situés dans un rayon moyen de 70 kilomètres autour de l’usine de Rotselaar et les accompagne à réduire leur empreinte carbone mais aussi à réfléchir à la manière dont ils nourrissent leurs animaux (avec jusqu’à 70% de l’alimentation qui est produite à la ferme)… On a d’ailleurs été la première entreprise belge à mesurer depuis 2017 l’empreinte carbone pour les fermes avec lesquelles nous travaillons. Et on va prochainement déployer l’usage d’un nouvel ingrédient pour réduire de 20% à 40% les émissions de méthane des vaches. J’ai la conviction qu’à chaque fois qu’on boit ou qu’on mange, on fait le choix de voter pour le monde dans lequel on veut vivre. Notre leitmotiv, c’est que nous avons une planète et une santé. Nos choix impactent notre santé et la planète mais aussi la façon dont on fait notre business et la manière dont on travaille avec nos partenaires, fournisseurs ou employés. C’est clair que nous sommes fortement engagés et que, parfois, ça donne lieu à des choix qu’on pourrait juger contre-intuitifs d’un point de vue business mais se lancer dans des zones parfois inconnues est extrêmement gratifiant et engageant », conclut Nathalie Pfaff, consciente que tout le monde a un rôle à jouer, que ce soit les entreprises, les autorités publiques, les associations ou encore les citoyens.