"Grande Démission" chez les jeunes travailleurs de moins 25 ans

Date de publication: 31 août 2022

11 % de tous les contrats de travail des jeunes de moins de 25 ans ont déjà été rompus cette année, d'après des chiffres récents d'une étude Acerta. C'est plus du double par rapport à 2021 et pas moins de 181 % de plus par rapport à la période pré-Covid.

jeune travailleur

Dans les détails, il ressort de l'enquête que près de la moitié des départs (46 %) surviennent à l’initiative du travailleur et que 36 % des contrats sont rompus d’un commun accord. Côté motivations, il ressort que  « de nombreux jeunes quittent aujourd’hui un emploi avec  des avantages pratiques à court terme pour leur préférer une carrière durable sur le long terme, offrant davantage d’opportunités de carrière et de flexibilité », comme l'exposent les experts d’Acerta. Un fait marquant dans le contexte actuel d’un marché du travail plus que jamais concurrentiel. En 2022, plus d’un jeune sur 10 (11 %) a déjà quitté son employeur. C’est plus du double par rapport aux années précédentes. Il s’agit d’une augmentation de pas moins de 136 % (fois 2,36) par rapport à 2021 et même de 181 % (fois 2,8) par rapport à 2019.

De qui provient l'origine de la rupture professionnelle ? Il ressort de l'enquête que ce sont les jeunes travailleurs les principaux responsables. Près de la moitié des ruptures de contrat (47 %) constituent des démissions, un pourcentage d’une hauteur inédite au cours des quatre dernières années. Dans 36 % des cas, les jeunes se sont séparés de leur employeur d’un commun accord, et dans les 17 % restants, il s’agissait d’un licenciement.

Kathelijne Verboomen, experte du marché de l’emploi chez Acerta Consult, explique : « En ce moment, nous assistons sur le marché de l’emploi à une vague de départs, quoiqu’encore limitée, parmi les jeunes travailleurs. Ceux-ci ont encore toute une carrière devant eux et réfléchissent à deux fois au travail qu’ils font maintenant, d’autant plus que les entreprises recherchent désespérément du personnel en cette période de tension sur le marché de l’emploi et que les jeunes peuvent donc rapidement trouver du travail ailleurs. De plus, cette nouvelle génération critique que constituent les jeunes ose prendre en main sa propre carrière. Ils sont donc nombreux à abandonner aujourd’hui un emploi présentant des avantages pratiques à court terme pour une carrière durable à long terme, offrant davantage de possibilités de carrière et de flexibilité. Les entreprises qui souhaitent remporter la guerre des talents savent donc sur quoi miser : des carrières durables avec des perspectives à long terme, des possibilités de formation et de développement, un accent sur le bien-être (mental) et un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée ».

>> À lire aussi : Pas de "Grande Démission" en Belgique

>> Consultez toutes nos offres d'emploi