«La crise a mis en lumière l’importance du rôle du secteur des soins de santé»

Date de publication: 28 sept. 2020
Catégorie:

Le Groupe santé CHC représente l’un des plus gros employeurs en province de Liège. Depuis le début de l’année, il constitue un réseau avec le St. Nikolaus hospital d’Eupen et la Klinik St. Josef de St-Vith. Ces trois hôpitaux, couvrant à eux seuls un tiers de l’activité hospitalière de la province, se connaissent déjà bien, puisqu’ils sont partenaires depuis cinq ans. Une collaboration de longue date, qui leur a permis de traverser la crise plus sereinement.

Gestion quotidienne, inconnue de la maladie, épuisement psychologique du personnel : le secteur hospitalier a été touché de plein fouet par la crise sanitaire. Le Groupe santé CHC de Liège, qui rassemble des cliniques, des cabinets médicaux ou encore des maisons de repos, n’a fait pas exception: «Nous avons dû nous réorganiser entièrement et faire face à une épreuve très importante», explique Xavier Drion, son administrateur délégué. Cependant, la constitution en réseau avec les hôpitaux d’Eupen et de Saint-Vith, début 2020, à la veille de crise, a eu du bon: «C’est une très bonne chose. Une collaboration existait depuis 2015 avec ces structures, ce qui a permis le partage d’expériences, de formations. Nous avons appris à nous connaître au fil du temps. Résultat, lors de la crise, nous avions un avantage sur les autres: nous avions déjà tissé des liens. Techniquement, des moyens de communications à distance étaient déjà en place, comme la télémédecine ou les systèmes de visioconférences. Tout cela a pu être exploité directement dans le cadre de la situation compliquée que nous vivions».

Autre point positif souligné par Xavier Drion : la solidarité, non seulement entre les différentes disciplines médicales, mais aussi de la part du personnel administratif. «Certaines personnes se sont proposées pour exercer un autre métier durant la crise et venir en aide aux équipes en difficulté. Au niveau des équipements, nous avons pu compter sur des initiatives privées, mais également à l’intérieur du réseau. Tout ce qui est acquis de ce côté-là est gagné pour le futur. Les équipes se sont connues, côtoyées, et cela va rester. C’est une très belle évolution».

«Le secteur n’occupe pas la place qu’il devrait dans la société»

Si la crise a eu le mérite de renforcer les liens entre les équipes au sein du réseau hospitalier et à l’intérieur des hôpitaux, elle aura aussi mis en évidence les faiblesses du secteur de la santé. «C’est dommage d’avoir attendu la pandémie pour réaliser ces faiblesses, mais c’est humain. L’Histoire s’écrit comme ça. Les gens se sont rendus compte de l’importance des soins de santé. Mais il est vrai que le secteur n’occupe pas la place qu’il devrait dans la société». Nul doute, le monde politique doit faire des choix: «Si on se met à la place des dirigeants, il n’est pas facile d’arbitrer des budgets. Mais au fil du temps, le budget des soins a été restreint de manière importante. Aujourd’hui, les politiques s’attaquent aux sources de financement sans assurer aux acteurs du secteur un financement de base minimum. On coupe, par exemple, les recettes qui permettaient aux hôpitaux de tendre péniblement vers un équilibre précaire sans compenser. Nombreux sont donc ceux qui sont désormais dans le rouge, une situation intenable à moyen terme. Le monde politique doit prendre en considération les problèmes du secteur des soins de santé. Ce serait inconscient et irresponsable de ne pas le faire», conclut Xavier Drion.

Mélodie Voué

E

La clinique CHC MontLégia est un hôpital flambant neuf construit sur le site de Patience et Beaujonc à l’entrée ouest de Liège. Elle a été mise en service en mars 2020, et regroupe l’activité des anciennes cliniques Saint-Joseph, Espérance et Saint-Vincent.

7

Xavier Drion, administrateur délégué du CHC. ©