« Le TEC est face à des défis technologiques et environnementaux »

Rédigé par: Laurence Briquet
Date de publication: 21 sept. 2022
Catégorie:

Conducteur de bus ou de métros sont évidemment des métiers qu’on s’attend à trouver du côté du TEC mais pas que. L’entreprise est en effet face à de nombreux défis, notamment environnementaux, qui exigent de nouveaux profils qu’elle cherche à recruter…

TEC

Dans sa division Hainaut, le TEC compte quelque 860 travailleurs. A Charleroi, ils sont 1.150 et ces chiffres ne cessent de progresser. Là, il s’agit principalement de conducteurs de bus et de métros. « A côté de ça, il y a toute une série d’autres profils qui ont évolué. Si avant, on avait besoin de mécaniciens, aujourd’hui, on cherche à engager des électromécaniciens. Le bus diesel a vécu et on va vers des bus « zéro émission » et des modèles plus propres. Il y a aussi pas mal de véhicules hybrides et il faut le personnel pour gérer tout cela, tout en formant ceux qui sont déjà en place », argumente Rémy Prévot, Directeur Exécutif territorial à la direction Hainaut.                      

« Au-delà du métier de chauffeur, on a besoin d’ajusteurs, de soudeurs, de peintres en carrosserie… On leur propose un emploi durable, dans le bon sens du terme. La société évolue du « tout à la voiture » vers un usage plus développé des transports en commun et tout cela a un impact sur le développement durable et, donc, sur leur job », note encore Rémy Prévot, ajoutant que le TEC ne manque pas d’atouts pour séduire de nouvelles recrues. « Notre société a une certaine assise et va continuer en ce sens. Nous offrons la stabilité d’emploi mais aussi un paquet de défis : technologiques, de mobilité ou encore environnementaux ».

Mobilité au rendez-vous

Comment recruter dans ce contexte ? « Je pense que les jeunes sont de plus en plus sensibles à la cause environnementale et que le transport a un rôle à jouer sur cet enjeu. L’aspect socio-économique parle également aux jeunes générations qui veulent une mobilité accessible à tous », poursuit Rémy Prévot. Sans compter les projets qui se multiplient dans la région de Charleroi où on parle de nouveau stade, de l’arrivée de Legoland…  « Un des enjeux, c’est que ça fonctionne et pour ça, il faut que la mobilité soit au rendez-vous et je pense que ça peut être un élément de fierté pour tous ceux qui voudraient nous rejoindre ».

Au salon Talentum Hainaut, le TEC espère évidemment rencontrer des candidats potentiels. « Pour les métiers techniques, on a vraiment du mal à trouver certains profils, malgré nos contacts avec les écoles. Un de nos objectifs, ça va vraiment être de nous connecter avec des filières techniques pour trouver davantage de candidats pour ces métiers dits « techniques » », note-t-il. Ce sera aussi une occasion de tenter de changer l’image qu’on peut avoir des transports wallons. « Les transports publics ont encore trop souvent une image d’inertie mais les choses changent depuis quelques années. Les projets sont nombreux et variés comme le développement des lignes express, des bus à haut niveau de services, la rénovation des stations de métro à Charleroi ou même la création de nouveaux dépôts. Je crois pouvoir dire qu’il y a rarement eu autant de projets sur la table et d’ambition pour atteindre les objectifs », conclut Rémy Prévot.

Rémy prévot

Rémy Prévot, Directeur Exécutif territorial à la direction Hainaut.