«Les candidatures correspondent davantage à nos attentes»

Date de publication: 3 déc. 2018
Catégorie:

Stéphanie Hastir

Le parc d’attractions Walibi a adopté le système de recrutement par entretien vidéo début 2018. L’outil a fait ses preuves. Depuis début 2018, le parc d’attractions Walibi a adopté le système de recrutement par entretien vidéo différé. Une décision qui a bouleversé l’organisation de Stéphanie Hastir, la responsable du département des ressources humaines.

Pourquoi avoir adopté cet outil de recrutement vidéo à Walibi?

Notre but en optant pour ce recrutement par entretien vidéo différé était avant toute chose de nous moderniser. On ne peut pas y échapper. Nous vivons aujourd’hui dans l’ère du numérique, il nous semblait donc important de digitaliser notre processus de recrutement. Le choix de ce nouvel outil s’explique également par notre volonté de réduire la quantité importante de candidatures que nous recevons chaque année. Près de 9.000 CV nous sont envoyés par an et ce n’est pas toujours facile pour nous de faire une présélection objective des candidats.

L’outil d’entretien vidéo différé s’est avéré efficace?

Oui. Depuis que nous l’utilisons, nous avons diminué le nombre de CV reçus de moitié. Et puis surtout, ceux que nous recevons sont beaucoup plus en adéquation avec nos attentes et les profils que nous recherchons. Chez Walibi, nous ne recrutons pas sur base de compétences. Nous cherchons des profils avec des attitudes accueillantes et soucieuses du service client. C’est le genre de chose qu’on peut facilement remarquer à l’aide des vidéos.

Qu’est-ce que ce mode de recrutement a apporté à votre société?

Que du positif. Notre département de ressources humaines gagne un temps fou lors des processus de recrutement. En plus, le fait d’avoir diminué le nombre de candidatures que nous recevons nous permet d’impliquer plus d’acteurs dans le processus. La présélection des candidats se fait toujours par la personne en charge du recrutement mais les profils sélectionnés sont maintenant également envoyés aux chefs d’équipes de terrain. On fonctionne donc de manière beaucoup plus transversale, ce qui permet de correspondre davantage aux attentes et aux besoins du personnel sur le terrain.

Vous comptez conserver le principe pour les prochaines saisons?

Oui, sans aucune hésitation. L’outil a fait ses preuves et on en est très contents. D’autant plus que les retours que nous recevons des candidats sont généralement positifs. Qu’il s’agisse de personnes reprises ou non, elles nous disent souvent qu’elles trouvent l’outil bien fait et facile d’utilisation.

>> Toutes nos offres d'emploi