« Les gens ont besoin de sens dans leur travail »

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 30 nov. 2020
Catégorie:

Infrabel

© Photo: Infrabel - Benjamin Brolet 

Dans le cadre de son dossier thématique consacré à la mobilité durable, Références a rencontré plusieurs employeurs afin de les sonder et de (re-)penser l’entreprise de demain. C’est au tour de Benoît Gilson, CEO d’Infrabel, d’insister sur l’importance de la RSE et du sens au travail. 

 

>> Lire tout le dossier Mobilité Durable

 

 

De nos jours, le développement durable est devenu un enjeu majeur, qui préoccupe de plus en plus. C’est une véritable dynamique dans laquelle les entreprises doivent s’inscrire si elles veulent rester attractives pour les futurs candidats.  Il y a une attente croissante dans ce domaine de la part de la population, mais aussi des employés, constate Benoît Gilson, CEO d'Infrabel  La crise sanitaire, à l’instar de la crise climatique, participe à rappeler combien le rôle sociétal des entreprises publiques et privées est essentiel.

Pour remplir ce rôle et répondre aux attentes actuelles, les employeurs optent pour une série de mutations structurelles plus durables et responsables. Mise en place d’une politique environnementale, réduction de l’usage de voitures polluantes, bien-être du personnel ou encore approche favorisant la diversité et l’inclusion, ne sont que quelques exemples des nouvelles priorités des entreprises.

Pour sa part, Infrabel, acteur de la mobilité durable de par sa mission même, s’est engagé dans une démarche plus verte pour sa propre mobilité. Employant 10.000 personnes, le gestionnaire du réseau ferroviaire ne dispose actuellement que de 14 voitures de société, ce dont se félicite le CEO. Notre flotte compte en revanche près de 2.000 véhicules de service, dont nous essayons de limiter les émissions de CO2 et de particules fines. Nous nous intéressons ainsi à différentes motorisations alternatives. Nous avons fait le choix de l’électrique et du CNG pour certains véhicules, mais malheureusement, le marché ne propose actuellement que très peu de modèles pour les utilitaires ou les camions dont nous avons besoin.  Des formations en éco-conduite et une politique d’achat comportant des critères environnementaux complètent les mesures.

Infrabel entend insister sur l’exemplarité de son rôle :  Nous nous devons d’être exemplaires dans nos objectifs mais aussi dans la manière dont nous les réalisons. Cela représente une source de motivation pour notre personnel. En effet, nous nous sommes rendu compte qu’une série de personnes viennent chez nous, dans le public, car il y a cette dimension sociétale, ce sens au travail qui a une valeur sur le marché de l’emploi.

Infrabel - Benoit Gilson

Benoît Gilson, CEO d’Infrabel

Bien-être, diversité 
et flexibilité

Donner du sens à son activité professionnelle favorise le bien-être au travail, tout comme la possibilité d’être soi-même. Auparavant nous étions considérés comme une « entreprise d’hommes ». Notre politique de diversité a permis d’attirer davantage de femmes pour tenter de mieux refléter la société qui nous entoure. Nous nous engageons pour l’égalité des genres, mais aussi pour le multiculturalisme, l’intégration de la communauté LGBT ou encore des personnes en situation de handicap. Chacun et chacune doit être source d’enrichissement pour les autres à travers sa différence.

On le voit, le bien-être au travail est lui aussi devenu, aux côtés de la durabilité, un pilier de la RSE. C’est à la fois un moyen et un objectif. Si le bien-être est assuré, la productivité l’est également. La bienveillance est la première base du bien-être physique et mental au travail. Ensuite, il y a la liberté : il est important pour les entreprises de faire preuve de flexibilité, pour que chacun soit dans les conditions qui lui permettent de donner le meilleur de lui-même.

Chez Infrabel, le télétravail était une demande très forte du personnel car il faisait gagner beaucoup de temps. Nous savons qu’il va perdurer après la crise. Notre nouvelle réglementation devra pouvoir s’adapter aux besoins propres de chacun. Nous avons aussi réaménagé certains bâtiments en « news ways of working » afin que tout le monde trouve un lieu adéquat pour réaliser ses tâches. Pour celles et ceux qui veulent optimiser leurs déplacements avant ou après un rendez-vous, nous avons des bureaux satellites, etc.

Mais au-delà de toutes ces pratiques mises en place par les entreprises, la RSE doit devenir une façon d’être pour tous, au niveau collectif et individuel, comme le constate Benoît Gilson en invoquant la métaphore du colibri : Il y a un incendie de forêt et le colibri s’active pour jeter quelques gouttes d’eau sur le feu. À ceux qui lui disent que ce n’est pas suffisant, il répond ‘je sais, mais je fais ma part’. Chacun d’entre nous peut apporter sa pierre à l’édifice. Et c’est seulement en faisant cela que le monde sera meilleur, conclut-il.    

>> Lire tout le dossier Mobilité Durable