« Les PME, un quart de nos clients »

Publié : lundi 6 février 2017 Par

Si les PME ne sont pas encore le marché prioritaire pour les spécialistes de la consultance, travailler avec des entreprises de petite taille est devenu une réalité. «On constate vraiment une demande pour le coaching en PME depuis 3, 4 ans environ », confirme Didier Longueville, managing partner, chez Progress Consulting, une entreprise spécialisée dans le conseil en entreprise. Une évolution de la demande qui se constate d’ailleurs dans les chiffres de la société. « Les PME représentent aujourd’hui environ 15 % de notre chiffre d’affaires. Parmi nos vingt plus gros clients, un quart sont des PME » , poursuit le responsable.

> Voir aussi : Pour que la croissance de l’entreprise ne soit pas un frein

Si une évolution est palpable, il existe néanmoins encore parfois quelques hésitations des patrons de PME. « On ressent une véritable différence entre les patrons prestataires et les patrons propriétaires. Forcément, l’implication n’est pas la même lorsqu’il s’agit de son argent. On y réfléchit à deux fois avant de se lancer », explique le manager. Pourtant, des aides existent pour faciliter l’accès à ce genre de service. L’Awex propose, par exemple, des chèques-coaching permettant aux entreprises d’avoir accès à prix réduit aux conseils de sociétés spécialisées. Mais ces aides sont peu connues et souvent synonymes de démarches administratives parfois décourageantes.

Pour gérer cette nouvelle demande, la société de conseil a dû adapter l’offre de ses services. Avec un personnel beaucoup plus réduit, les demandes des PME sont parfois très larges. « Ça peut aller de la gestion de conflit à la réalisation d’un tableau de bord managérial. Les petites structures ne peuvent pas avoir un personnel spécialisé dans chaque domaine. A chaque rencontre, les demandes sont différentes », continue Didier Longueville.

Les raisons de cet intérêt nouveau sont multiples. « Aujourd’hui, beaucoup de responsables de PME ont des formations en écoles de commerce. Ils connaissent donc souvent ce qu’est la gestion de l’entreprise et du personnel. Il y a aussi des entrepreneurs qui ont d’abord travaillé dans une grande boîte et qui avaient l’habitude de ce genre de service. Il y a donc probablement une plus grande sensibilité qu’auparavant » , analyse encore le managing partner de Progress Consulting.

> Découvrez toutes nos offres d'emploi en 2017 ! 

Retour à la liste