« Nous avons des métiers qui donnent du sens: cela facilite notre employer branding »  

Rédigé par: L.B.
Date de publication: 5 juil. 2021
Catégorie:

    Les secteurs de l’énergie, de l’eau ou du traitement des déchets englobent des métiers qui attirent davantage les jeunes talents. La preuve avec Veolia…

     

    L’entreprise Veolia propose des solutions innovantes pour la gestion de l’eau, des déchets et de l’énergie. La filiale Belgique/Luxembourg emploie quelque 2.400 personnes. Sur le plan mondial, le groupe représente 179.000 travailleurs.

    Depuis la création en 1853, l’entreprise a mis la durabilité au cœur de son action. « D’abord, à travers l’eau puis les déchets ensuite l’énergie », explique Nicolas Germond, Directeur Veolia Belux. « Nous voulons devenir le champion de la transformation écologique. C’est notre raison d’être : que l’entreprise soit utile », ajoute-t-il. En se basant sur les objectifs fixés par les Nations Unies en faveur de la durabilité, Veolia s’est aussi mis des objectifs ambitieux en matière de « sustainability », notamment en luttant contre le dérèglement climatique, en favorisant l’économie circulaire, en protégeant la biodiversité ou encore en misant sur une gestion durable des ressources en eau. « On dit généralement qu’une entreprise n’a qu’un objectif, être rentable pour ses actionnaires. Notre groupe veut être rentable pour toutes les parties prenantes, incluant l’entreprise, la planète, les clients mais aussi le personnel », ajoute Marie Kokot, Directrice des Ressources Humaines. Cette réorientation est évidemment déclinée au niveau du personnel, ce qui n’est pas sans effet sur l’attractivité des jeunes talents.

    Nicolas Germond, Directeur Veolia Belux

    Nicolas Germond, Directeur Veolia Belux

    Entreprise utile

    « Nous mettons en avant 5 valeurs au sein de Veolia, à savoir la responsabilité, la solidarité, l’innovation, le respect et le sens du client », note Marie Kokot. « Ce n’est pas du cosmétique, ces valeurs vivent dans l’entreprise. Nous sommes une entreprise très humaine, incarnée par les membres du personnel. On va effectivement vérifier l’effectivité de ces valeurs, qu’elles sont bien pratiquées. Il existe des éléments de mesures et des incitants. L’entreprise crée de la valeur parce qu’elle est utile. Nous avons des métiers qui donnent du sens. Cela facilite notre employer branding ».

    Il existe cependant parfois des difficultés de recrutement, notamment pour trouver des femmes pour des métiers techniques, par exemple. De son côté, Veolia mène des actions de sensibilisation dans les écoles et met en place des programmes d’insertion en entreprise, à destination des femmes, en partenariat avec Interface3 et Bruxelles Formation. L’entreprise organise aussi des « chantiers pédagogiques » avec des travailleurs qui intègrent l’entreprise, sous l’aile d’un parrain durant plusieurs mois.

    Veolia

    « Les tensions sur le marché sont très fortes, avec beaucoup de besoins et moins de candidats. On doit pouvoir proposer une offre de formation adéquate », ajoute Nicolas Germond. Il est clair que les secteurs dans lesquels Veolia est actif ont un certain pouvoir d’attractivité pour les candidats.

    « L’urgence écologique est là, les jeunes en sont conscients et les métiers de l’écologie ont la cote. Rendre l’eau potable, travailler à la réutilisation des eaux usées pour l’agriculture ou l’industrie est vendeur et attire les jeunes », ajoute Marie Kokot qui, dans son job de DRH, constate que les demandes des futurs employés évoluent aussi. « Les demandes qui nous sont faites par les profils qui nous intéressent ne sont plus les mêmes. Ils veulent un équilibre vie professionnelle/vie familiale, ils souhaitent des carrières plus variées et, comme on l’a dit, le fond de nos métiers nous permet de séduire ces jeunes travailleurs ». « Une enquête menée en France auprès de grandes écoles montre que les jeunes ne veulent plus travailler dans des secteurs comme l’armement, le tabac ou les énergies fossiles.

    C’est un élément qui nous rend plus attractif », conclut Nicolas Germond.