« Nous donnons de la valeur aux idées et encourageons à les transformer en projets concrets »

Rédigé par: Laurence BRIQUET
Date de publication: 18 mai 2022
Catégorie:

SWDE

Les métiers de l’eau incluent toute une série de professions parfois méconnues du grand public dont certaines ne s’apprennent pas dans les écoles…

Avec ses quelque 1.350 emplois, la Société Wallonne des Eaux (SWDE) poursuit diverses missions dont celle de produire et de distribuer de l’eau potable et aussi de concevoir des infrastructures adaptées. « Notre raison d’être, c’est de distribuer de l’eau pour tous aujourd’hui et demain », explique Laurence Willems, analyste RH à la SWDE.  Pour ce faire, « nous avons toute une série de métiers très variés dont certains ne s’apprennent pas encore à l’école, par exemple, celui de fontainier ».

Fontainier : un métier-clé

Fontainier est un métier en pénurie, pourtant incontournable pour le secteur de l’eau. « A ce jour, ce métier ne s’apprend pas sur les bancs de l’école. C’est pourquoi, depuis 2019, la SWDE et le FOREM s’associent pour organiser des opérations « coup de poing pénurie ! » » poursuit Laurence Willems.

Les candidats sélectionnés découvrent la réalité du terrain en réalisant des stages en immersion avec leurs potentiels futurs collègues. « En effet, la majorité des candidats est embauchée une fois le certificat de réussite dans la poche  » affirme Laurence Willems. De nouvelles opérations « coup de poing pénurie fontainerie » seront lancées cet été.

D’autres métiers techniques sont évidemment indispensables. « Nous avons des électromécaniciens qui s’occupent des pompages et de la télégestion, des ingénieurs pour nos cabines haute tension, des géomètres, des dessinateurs, des surveillants de chantiers de pose de conduites, des informaticiens… ».

Fontainier

"Nous avons toute une série de métiers très variés dont certains ne s’apprennent pas encore à l’école, par exemple, celui de fontainier.

Des fontainiers au service de l’innovation

De plus, la SWDE stimule l’initiative et la créativité des membres de son personnel en donnant de la valeur à leurs idées et en les encourageant à les transformer en projets concrets. « Il y a, par exemple, le projet Easy Conso qui consiste en un service de comptage intelligent destiné à traquer les gaspillages d’eau. » L’idée est d’équiper le compteur d’un module spécifique qui permet d’enregistrer les consommations, en temps réel, et de détecter d’éventuelles fuites, ce qui ne manquera pas d’avoir un impact sur les factures », poursuit Laurence Willems. Ce projet s’est traduit par le recrutement de deux fontainiers pour la pose de compteurs et d’un responsable commercial.