« On mise sur la qualité et l’humain »

Date de publication: 19 oct. 2021
Catégorie:

GHdC

Travailler dans un environnement à la pointe technologiquement et qui permet de s’épanouir sur le plan professionnel et personnel, voilà ce que souhaitent de nombreuses personnes. Certaines semblent l’avoir trouvé. C’est le cas du Grand Hôpital de Charleroi qui prête une attention particulière aux conditions de travail et au bien-être de son personnel.

Dans le service de cardiologie, chirurgie cardiaque et néphrologie du Grand Hôpital de Charleroi, l’environnement de travail est à la fois complexe et stimulant. Dans un secteur qui évolue constamment, la formation du personnel est primordiale.

Il y a quelques années, l’hôpital s’est, par exemple, doté d’une salle d’opération cardiovasculaire de pointe et hybride, associant une structure de radiologie interventionnelle de dernière génération et des logiciels d’imagerie radiologique performants. « Nous avons deux unités de soins comportant 60 lits : l’une avec 36 lits de cardiologie et chirurgie cardiaque, l’autre avec 24 lits comportant de la néphrologie et de la cardiologie.

Dans ces unités il y a 34 infirmières, 6 aides-soignantes ainsi que 2 aides administratives », explique Mélissa Orsini, infirmière en chef de ce service.

La formation est primordiale dans le parcours du personnel. « Nous travaillons dans un environnement très complexe, nous devons allier technologies et évolutions des soins. Les pathologies des patients se sont complexifiées avec des profils poly-pathologiques : diabète, IR, arythmie, altération de l’état général… Nous avons un besoin important d’actualiser nos connaissances. Notre secteur est en constante évolution.

Le Grand Hôpital de Charleroi propose des formations internes, organisées par l’institution mais aussi par nos médecins ou nos infirmiers, au sein de nos unités de soins. Nous pouvons également bénéficier de formations en externe nous donnant droit à des congés éducations ainsi qu’à des aménagements d’horaires (Ex. master en santé publique, formation en diabétologie…). ».

Sur le terrain, le travail est varié. « On doit parfois agir vite car la sécurité du patient en dépend. C’est assez enrichissant car c’est un secteur pluridisciplinaire. On prend en charge le patient dans sa globalité et c’est pour cela que nous collaborons avec les kinés, les diététiciens, les assistants sociaux… Nous tenons compte de sa pathologie et de sa situation socio-économique », poursuit l’infirmière en chef qui pointe d’autres avantages à son métier. « C’est clair qu’il faut aimer les soins d’urgence.

Notre travail demande énormément de réflexion, de remise en question, de liens entre toutes nos observations. et de self contrôle.

GHdC

Mélissa Orsini, infirmière en chef de ce service

Horaires réguliers

Du côté des horaires et des conditions de travail, tout est mis en œuvre, au sein de l’établissement, pour permettre au personnel de concilier vie professionnelle et vie familiale. « C’est vraiment important les horaires et, chez nous, ils sont réguliers. A titre d’exemple, on travaille avec des cycles de 3 semaines et on travaille un week-end sur trois. On connaît presque notre horaire à l’année. Cela laisse peu de place aux surprises même si, de temps en temps, on doit évidemment gérer des absences ou des urgences », poursuit Mélissa Orsini.

De nombreuses autres choses ont été mises en place pour améliorer le bien-être au travail, comme la présence d’une cellule qualité de vie au travail (qui propose des activités sportives, culturelles et de bien-être mais aussi des réductions pour des parcs d’attraction…) mais aussi la présence d’une conseillère sociale et d’un psychologue.

Nous avons, également, deux crèches pour les enfants du personnel (ouvertes de 6h30 à 20h30)

Tout cela sans oublier les projets qui sont en train de se mettre en place ou de se développer. On pense notamment au futur bâtiment, les Viviers, qui sera à la pointe de la technologie ou encore l’Accréditation Canada. Depuis 2020, le Grand Hôpital de Charleroi s’est en effet lancé dans un processus d’accréditation.

Améliorer les soins

L’accréditation est un processus continu d’évaluation de la qualité et de la sécurité des soins sur base de guidelines internationaux et des bonnes pratiques (Evidence Based Medicine – Evidence Base Nursing). Cette évaluation est réalisée par un organisme indépendant et reconnu internationalement.

Pour cette démarche, le Grand Hôpital de Charleroi a choisi de travailler avec Accreditation Canada Internation (ACI) qui possède des antennes sur tous les continents, et qui a été majoritairement privilégiée par les institutions hospitalières en Belgique. « L’objectif, c’est vraiment d’améliorer les soins et ça nous permet de nous remettre continuellement en question et de voir où sont les choses qui peuvent encore être améliorées ».

La collaboration est également une notion sur laquelle l’établissement mise beaucoup. « Il y a différents pôles dans l’hôpital qui sont très pointus et pour lesquels la collaboration médicale entre les différents intervenants est très bonne. Ça nous donne aussi l’impression de travailler efficacement et de toujours évoluer ».

« Aux jeunes infirmiers qui voudraient venir nous rejoindre, je voudrais expliquer les points forts de mon métier au Grand Hôpital de Charleroi. Tout d’abord l’aspect pluridisciplinaire qui domine avec toutes ces collaborations mais aussi les horaires qui sont facilités et le fait de pouvoir concilier un maximum vie privée et vie professionnelle et puis surtout l’attention qui est portée au patient est au cœur de tout.

Nous sommes un établissement qui est axé sur l’humain et sur la qualité », conclut-elle.

Laurence BRIQUET