« Veiller au bien-être des enfants tout en faisant la promotion de la santé »

Rédigé par: Laurence Briquet
Date de publication: 4 avr. 2022
Catégorie:

Ville de Bruxelles

Travailler en crèche quand on est infirmière est une option trop souvent oubliée. Pourtant, ce job présente des avantages et une grande diversité de missions…

Nathalie Boon est infirmière en crèche. Elle travaille pour trois crèches de la Ville de Bruxelles, deux sur Laeken et une sur Bruxelles. « Je pense que les gens ne se rendent pas toujours bien compte de ce que peut être le travail d’une infirmière en crèche », explique-t-elle. « On est là pour veiller au bien-être des enfants mais aussi pour promouvoir la santé auprès des parents et du personnel, tout en les accompagnant dans tout ce qui tourne autour de la santé  ». 

Son rôle vis-à-vis des parents est très diversifié. « Au cours du premier rendez-vous, je  présente l’équipe encadrante dont je fais partie, le rôle de chacun, j’explique le règlement d’ordre intérieur de la santé en collectivité, je prépare le dossier médical de l’enfant, son parcours de la grossesse à son arrivée à la crèche, je réponds aux questions et inquiétudes des parents… ». 

Avant d’être infirmière en crèche, Nathalie a exercé en tant que directrice de crèche durant 8 ans mais une envie de retour aux sources l’a ramenée, il y a 3 ans, à son job d’infirmière. « J’ai toujours adoré coacher des équipes ou les accompagner dans la mise en place de projets. En revenant en tant qu’infirmière de crèche, je peux continuer de les accompagner de manière différente, plus ciblée sur la santé, les besoins des enfants et actualiser les pratiques de manière ludique. J’ai l’impression d’avoir une autre approche auprès des parents et de l’équipe ».

>> Découvrez les offres de la Ville de Bruxelles

Ville de Bruxelles

Impact sur le développement de l’enfant

En quoi le travail en crèche diffère-t-il de celui à l’hôpital ? « C’est différent mais à la fois pareil. On est proche des gens, des parents, du personnel et des enfants. Je suis présente en section et je fais le tour le matin pour aller aux infos. On aide, on accompagne. Il m’arrive de prendre un enfant dans les bras pour le rassurer, de faire le change, de donner à manger aussi. Je participe à la vie très active de la section, sans oublier le travail d’observation sur le comportement/développement des enfants que je peux partager avec l’équipe ». Ce qu’elle apprécie ? « Le travail en équipe pluridisciplinaire. Ici, on travaille avec la psychologue, la directrice, l’assistante sociale, les puéricultrices… pour voir l’enfant et sa famille dans la globalité car une situation familiale peut avoir un impact sur son développement ». 

« L’accompagnement avec les femmes et hommes de service est aussi intéressant car nous travaillons ensemble autour de la préparation des goûters sains et avec une présentation originale pour les anniversaires par exemple ».

Travailler en crèche a aussi d’autres avantages. « Ce sont des horaires flexibles, du lundi au vendredi. Ça reste un confort de vie. On a aussi une certaine autonomie, dans le respect du bon fonctionnement du service », poursuit Nathalie Boon qui pointe également la liberté d’action dont elle dispose. « Quand on a un projet, on peut évidemment en parler avec la direction. J’ai, par exemple, lancé un groupe de travail en relation avec un besoin de matériel pour accueillir des enfants porteurs d’un handicap. Toutes les institutions ne sont pas ouvertes à cela », ajoute celle qui apprécie le mélange des genres et des cultures qu’elle rencontre à la crèche. « Chaque culture a ses habitudes et ses croyances et c’est très enrichissant de promouvoir la santé et le partage des pratiques auprès  des différentes cultures », conclut-elle.

>> Découvrez les offres de la Ville de Bruxelles

Ville de Bruxelles 2