10 mythes sur l'entretien d'embauche

Publié :

Tous les candidats sont en droit d'attendre un travail sérieux dans le chef des recruteurs. Ce n'est pas toujours le cas. L'entretien d'embauche doit néanmoins toujours être préparé de façon sérieuse tout en pointant certains clichés!

> Voir aussi : 10 mensonges fréquents des recruteurs

1. Le recruteur est préparé

Vous aurez probablement en face de vous des personnes stressées, surchargées de boulot et pressées par le temps. Leur mission n'est pas anodine: engager quelqu'un !  Vous détestez répondre à  la question "parlez-moi de vous?", il faudra pourtant y faire face et résumer du mieux que vous pourrez votre parcours et en quoi vous pourriez être un plus pour la société. D'autant plus vrai si vous avez la sensation que le recruteur n'a rien lu ou retenu de votre cv...

> Voir aussi : Que faire si un recruteur vous dit que vous êtes surqualifié(e) ?

2. La plupart des recruteurs ont été formés pour mener des interviews

Les membres de l'équipe des ressources humaines suivent régulièrement des formations pour mettre à  jour leurs techniques de recrutement. Ce n'est par contre absolument pas le cas de la plupart des managers qui s'essayent au recrutement. Pour contrer des questions trop vagues et dont les réponses pourraient sonner creux, soyez concret. Préparez également deux ou trois exemples de l'importance pour cette entreprises de vous compter dans ses rangs.

> Voir aussi : Comment convaincre un recruteur en 30 secondes ?

3. Il est plus poli d'accepter une boisson

Le plus souvent cette demande ("Désirez-vous boire quelque chose"?) est purement polie. Elle peut aussi viser à  mettre le candidat à  l'aise. Les interviewers n'ont pas vraiment envie d'entendre une réponse positive et de perdre du temps à  cela. De plus, si l'interview se prolonge, il serait inapproprié de demander une pause pour vous rendre aux toilettes. Votre concentration subirait également les conséquences d'une vessie trop remplie...

4. Les recruteurs veulent d'emblée connaître des "personnes de référence"

Rien ne sert de se presser et de prendre à  la gorge votre interlocuteur. Tout d'abord, vous courez le risque d'une erreur de casting en avançant une personne de référence qui ne collera pas avec ce qu'on attend de vous. Vous devez pouvoir sentir les attentes du recruteur avant de réagir. Ensuite, demandez à  pouvoir envoyer un mail avec des coordonnées. Cela vous donnera le temps de coacher vos contacts de référence et de leur demander de mettre en avant telle ou telle qualité.

> Voir aussi : Quelles questions poser au recruteur en entretien d'embauche ?

5. Il n'y a qu'une façon de répondre aux questions des recruteurs

Il arrive que l'approche d'une réponse soit plus importante que le contenu lui-même. Si le recruteur vous demande d'expliquer comment vous feriez pour résoudre un problème hypothétique, pensez à  une situation vécue dans le passé. Expliquez surtout comment vous avez concrètement agi.

6. Vous devez toujours répondre de manière concise

Plus vous en savez sur l'entreprise et le job pour lequel vous postulez, mieux se déroulera l'interview. En outre, si vos réponses sont longues, cela fera "sauter" l'une ou l'autre future question du recruteur. Enfin, lors d'une bonne interview, le candidat parle les 3/4 du temps de la conversation.

7. Si vous avez un très beau diplôme, votre apparence ne modifiera rien

Ce serait une erreur de mettre de côté la force de votre "attractivité" lors d'un entretien d'embauche. Les gens regardent votre look, soupèsent votre "dégaine générale". Et ils utiliseront ce qu'ils ont vu et ressenti pour vous jauger globalement. Affirmer le contraire est un bien gros mensonge. Sans tomber dans l'excès ou la caricature, il ne faut jamais oublier l'importance (voire l'intérêt...) d'avoir l'air en forme, propre, dynamique et confiant.

8. Lorsqu'on vous demande "où vous voyez-vous dans 5 ans", vous devez montrer une grande ambition de carrière.

En fait, les recruteurs veulent voir en vous un fonceur. Mais ils s'inquiètent aussi du fait que vous pourriez rapidement vous ennuyer et quitter le poste. Il n'y a donc pas de réponse simple... Vous pouvez toujours retourner la question: "Et vous, où me voyez-vous dans votre société dans 5 ans?". Une excellente façon aussi de se sortir d'une impasse.

9. Si une entreprise vous convie à  un entretien d'embauche, c'est que la fonction est toujours ouverte.

Il est possible que l'offre de job n'ait même jamais existé... Certaines entreprises utilisent l'interview pour sonder le marché: salaires, projets, attentes des employés... Si vous êtes entré en contact avec l'entreprise via votre réseau, il est possible que l'invitation à  un entretien ne soit qu'un simple signe de courtoisie en direction de votre personne de référence. Enfin, si l'annonce n'a jamais existé, les personnes qui vous reçoivent pourraient être intéressées par votre profil. Et penser à  vous plus tard, pour une fonction bel et bien ouverte cette fois.

10. La personne la plus qualifiée décroche le job

Ôtez-vous cela de la tête ! Un entretien d'embauche se rapproche plus du rendez-vous galant qu'on ne le croirait. Si le charme et la reconnaissance s'opèrent entre les deux parties, une personnalité mieux adaptée à  la structure de la société mais moins qualifiée sur papier s'emparera du job. Si, en bout d'interview, vous sentez que le courant n'est pas passé, demandez au recruteur quel est son type de candidat idéal. Vous apprendrez au moins quelque chose.

Source: Forbes

> Consultez les offres d'emploi disponibles !

Retour à la liste