3 employés sur 4 ont accumulé des jours de congé extra-légaux en Belgique

employés ont des jours de congé Belgique

La majorité des salariés belges a accumulé des jours de vacances extra-légaux pour l’année 2021. Un défi supplémentaire pour les entreprises, qui peuvent redouter une concentration des congés au retour des «jours meilleurs».

 

C’est un chiffre qui ne surprendra personne: au terme de l’année 2020, il restait des jours de congé extra-légaux à 75% des salariés belges selon le groupe de services RH Acerta, soit une augmentation de 9% par rapport à l’année précédente. En moyenne, les employés du secteur privé ont accumulé 2,5 jours de congé supplémentaires à écouler en 2021, selon ce même cabinet. «Ce sont des données cohérentes avec ce que l’on observe chez nous», affirme Karim Ghozzli, porte-parole du groupe Delhaize.

 

«Comme les travailleurs se sont retrouvés au chômage temporaire, en télétravail ou même peut-être touchés par le coronavirus, ils ont pris moins de jours de congé que d’habitude», analyse Amandine Boseret, conseillère juridique d’Acerta. «En novembre et en décembre, les travailleurs ont effectué un rush final et ont pris bien plus de congés lors de cette période par rapport aux autres années, car le compteur de jours de vacances légales doit être remis à zéro à la fin de chaque année de travail.»

 

Congés reportables

 

Définis comme des jours de congé spéciaux que les employeurs accordent à leurs salariés en plus des vacances légales, les congés extra-légaux dépendent de chaque entreprise. Celle-ci peut choisir de suivre la législation en vigueur dans son secteur, ou proposer ses propres formules. «Chez nous, il s’agit de congés de compensation», explique Karima Ghozli, porte-parole des enseignes Delhaize. «Il y en a six au maximum par an: des congés d’ancienneté, qui dépendent de chaque employé, et un jour de congé culturel, accordé à tous.»

 

Contrairement aux jours de congé prévus, dont bénéficient tous les salariés, les congés extra-légaux présentent la spécificité d’être reportables d’une année à l’autre. Durant toute l’année suivante? Non, puisque chaque employeur décide de la date limite au-delà de laquelle ces jours ne seront plus utilisables. A titre d’exemple, celle-ci est fixée au 30juin pour Delhaize, au 1er mai pour Proximus et au 30avril pour BNP Paribas Fortis.

 

«Un certain nombre de jours peuvent être reportés», affirme Anne-Sophie Hugé, porte-parole d’Engie Belgique. «Il n’y a pas d’exception cette année, c’est le système habituel qui est mis en place.» Même son de cloche du côté des autres interlocuteurs. «Il y a une grosse tendance chez nos collaborateurs à reporter les jours de congés extra-légaux à cette année», confirme Karim Ghozzli. «Néanmoins, ils ont jusqu’à fin juin pour les utiliser.»

 

Dès lors, que faire de ces jours de congé extra-légaux en période de crise sanitaire? Pour la représentante de Delhaize, la situation n’interdit pas la prise de congés. «Il y a des choses qui peuvent se faire ici en Belgique», affirme-t-elle. «Les gens peuvent toujours partir en vacances en respectant les mesures sanitaires.» Son homologue d’Engie Belgique souligne quant à elle le besoin de déconnexion. «Même lorsqu’on est en télétravail, on a besoin de se reposer», indique-t-elle.

 

Risque de concentration des vacances

 

En l’apparence toutefois, les limitations temporelles semblent être une façon de réduire la tentation qu’auraient certains salariés à accumuler des jours de congé extra-légaux pour profiter de vacances plus élargies. Alors que les campagnes de vaccination progressent dans le monde, beaucoup de salariés pourraient attendre les «jours meilleurs» pour prendre leurs congés. «C’est le même problème qu’on a eu l’année dernière, mais on ne peut pas changer les règles», reconnaît Haroun Fenaux. «On ne peut pas imaginer qu’un certain nombre de personnes décident de prendre leurs congés au même moment.»

 

Les craintes quant à une concentration des congés au moment où les restrictions sanitaires seront levées restent néanmoins minimes. «Les équipes s’organisent pour prendre leurs congés en accord avec le management, et font en sorte de ne pas les prendre tous en même temps», explique Anne-Sophie Hugé, du groupe Engie Belgique. «A ce stade, nous n’avons pas remarqué de problème, et, l’année passée, la prise de congé s’est bien déroulée malgré la crise sanitaire.»

 

La perspective de restrictions sanitaires allégées cet été – conduisant à des demandes de congé faites au même moment – n’est également pas un sujet de préoccupation pour le moment. «On a bien évidemment des plans pour assurer la continuité de nos activités, comme chaque année», affirme Anne-Sophie Hugé. «Chaque année, l’été est la période la plus plébiscitée par les employés pour prendre leurs congés», affirme Karima Ghozzli, porte-parole de Delhaize. «En magasin, on a souvent le soutien d’étudiants vu que cela coïncide aussi avec leurs vacances, donc pour l’instant, nous n’avons pas d’inquiétudes.»

 

Retour à la liste