4 conseils pour faire le deuil de son travail

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 10 juil. 2020

Fin de CDD, licenciements économiques, restructurations, la crise du Covid-19 n’a pas épargné les employés belges. Se retrouver du jour au lendemain sans travail est une épreuve éprouvante. Comment faire le deuil de son boulot ? Voici 4 conseils pour passer à autre chose.

licenciement

Se faire licencier n’est pas une épreuve facile à vivre. Elle est comparable au deuil : la perte d’emploi vient réveiller notre inquiétude et notre mal-être, pourtant enfoui au plus profond de nous.

Et puis, souvent, suite à un licenciement, on passe par toute une série de phases émotionnelles, identiques à celles du deuil : le choc, la colère, la dépression et enfin, l’acceptation. C’est en arrivant à cette dernière phase que vous pourrez « guérir » et aller de l’avant. Voici 4 conseils pour y parvenir.

1) Prenez soin de vous

La perte d’emploi génère dépression et baisse de motivation, ne vous laissez pas abattre ! Prenez-le dessus de vos émotions : accordez-vous du temps pour prendre soin de vous, pour vous retrouver et vous ressourcer. Lisez, allez vous promener, dormez bien et assez, construisez-vous une routine dans laquelle vous entretenez une bonne hygiène de vie. Celle-ci vous aidera à encaisser le choc.

2) Parlez-en autour de vous

Trouvez les mots et extériorisez cela. Comment parler sans honte de votre perte d’emploi ? Comment l’annoncer à vos proches, à vos collègues sans se heurter aux préjugés des personnes qui nous entourent ? Une communication, ça se prépare. A qui ? Quand ? Et quel message ? Préparez votre annonce, elle se fera plus sereinement.

Pas toujours facile d’en parler mais mieux vaut ne pas rester seul pour affronter cet événement. Le soutien de votre famille et de vos amis est essentiel. Veillez par ailleurs à vous entourer des bonnes personnes, les bienveillantes, celles qui sauront vous remonter le moral.

>> A lire aussi : Tout savoir sur la rupture d'un CDI

3) Redéfinissez vos objectifs professionnels

Qui dit licenciement dit perte de confiance en soi et de repères. En effet, professionnellement, vous ne savez plus qui vous êtes, si ce n’est « un chômeur ». Évitez de penser à cette image péjorative et redéfinissez vos objectifs : quelles sont vos envies et vos besoins ? Quel poste souhaitez-vous occuper ? Quelle relation voulez-vous entretenir avec vos collègues et votre supérieur ? Toutes ces questions vous permettront d’y voir plus clair et de vous ré-orienter dans le marché du travail.

4) Dressez le bilan de la situation

Prenez le recul nécessaire pour pouvoir ensuite aller de l’avant. Pour avancer, vous devrez faite le point sur votre histoire : voir ce qui a été, ce qui a moins été pour ne plus répéter les mêmes erreurs. Faites le bilan de votre poste : tout n’était pas tout beau tout rose, qu’est-ce qui n’a pas été? Que pouvez-vous tirer comme leçons à l’avenir? Etc.

Cette capacité à faire retour sur votre situation est une véritable clé pour dépasser le moment de crise. Elle permettra de faire le deuil de votre job. N’hésitez pas à vous faire accompagner, par un proche ou une personne extérieure, ce travail de rétrospection n’est pas toujours facile à réaliser seul.

>> A lire aussi : 5 conseils pour gérer sa crainte du licenciement

>> Retrouvez toutes nos offres d'emploi