1 Belge sur 3 a une rémunération variable

Un tiers des travailleurs (34 %) bénéficient de l’une ou l’autre forme de rémunération variable. Ces rémunérations dépendent des bénéfices ou des résultats : leur montant peut varier dans le temps et il faut sans cesse les mériter à  nouveau. La partie variable du salaire de ces travailleurs représente en moyenne 11 % du salaire brut annuel.

La rémunération des performances individuelles et les bonus occasionnels (sur base des résultats de l’organisation ou des résultats individuels) sont les systèmes de rémunération variable les plus courants. La rémunération variable sous forme de partage des bénéfices et d’options d’actions est beaucoup plus rare.

Chacune des formes de rémunération variable visées par l’enquête est plus souvent octroyée à  des hommes qu’à  des femmes, ce qui peut s’expliquer par les différences existant entre les hommes et les femmes sur le plan de la fonction et du profil de l’employeur.

 

[[{"type":"media","view_mode":"media_original","fid":"48632","attributes":{"alt":"","class":"media-image","height":"1833","width":"3231"}}]]

Source : Enquête des salaires 2014, Références et KU Leuven

Publié :

Retour à la liste