43 % des demandeurs d’emploi bruxellois ont un diplôme non reconnu

Publié : vendredi 6 juillet 2018

Bruxelles Formation appelle la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Communauté flamande à accélérer les procédures menant à l’équivalence des diplômes. Car, dans la capitale, "43% des demandeurs d'emploi inscrits à Actiris ont des diplômes obtenus de l'étranger, pour la plupart au sein de l'Union européenne, et qui ne sont pas reconnus ici", déplore sa directrice Olivia P'tito à nos confrères de l’Écho.

Diplôme

Le processus peut en effet parfois prendre des années. "Il y a chez ces personnes des précieuses compétences à côté desquelles passent les employeurs, qu'ils soient publics ou privés", ajoute-t-elle.

22.425 places en formation ont été mises en œuvre l’an dernier, contre un peu moins de 21.900 en 2016, selon le rapport annuel de l’institution. Le cap des 16.000 personnes formées a été franchi en 2017. L’Écho rappelle qu’une formation qualifiante augmente les chances de trouver un emploi stable de 22 %, selon une étude d’impact réalisée en 2015.

"Notre devoir est de rendre nos formations accessibles afin de rencontrer les besoins des uns et des autres", poursuit Olivier P’tito. "Mais il faut bien se rendre compte dans quelle situation on se trouve à Bruxelles. 43 % des demandeurs d’emploi inscrits à Actiris ont des diplômes obtenus à l’étranger, pour la plupart au sein de l’Union européen, et qui ne sont pas reconnus ici."

Retour à la liste