5 astuces pour votre Personal Branding

Publié : dimanche 17 septembre 2017

"Tout le monde en parle, mais en quoi consiste le personal branding au juste? Et vous, où en êtes-vous?"
Un article de Max De Backer, Career Coach - Easy Way Consulting

A l’approche de la quarantaine, je fais partie partie de cette Génération X - mais à culture Y – qui à l’époque postulait pour un premier emploi dans un monde sans internet, sans gsm ni smartphone et sans ordinateur portable. Google et Facebook ne m’espionnaient pas encore : c’était il y a un peu plus de 15 ans.     

Aujourd’hui, à l’ère du tout numérique, pas un jour ne passe notamment sans un article, une conférence, un séminaire traitant du ‘personal branding’ et de l’importance de gérer son identité numérique et de développer son ‘employee brand’, sa marque personnelle professionnelle au travers de cette jungle que représentent Google et les médias sociaux.

> Découvrez les 10 compétences personnelles les plus demandées en entreprise !

Tout comme auparavant, lorsque le CV papier représentait le principal outil d’expression de l’expérience et des objectifs professionnels d’un individu , il est important de nos jours de contrôler son image et de gérer sa réputation professionnelle sur les réseaux sociaux (LinkedIn, Viadeo, Facebook, Twitter, …). Mais il est tout aussi primordial d’en connaître ses limites… car l’excès nuit en tout.

1. Rien ne remplacera jamais l’humain

... et le vrai contact physique avec la personne. Combien de fois ne me suis-je pas fait une ‘certaine’ idée de l’identité et de la réputation d’un individu, non conforme avec celle de la personne qui était en face de moi lors d’un échange professionnel.

2. L’ego

Ah, le fameux ego ! Difficile de gérer la frontière entre mise en avant de sa propre expertise et de ses compétences sans faire valoir un ego démesuré voire surdimensionné. Toute la difficulté et la subtilité résident bien là : simplicité et honnêteté doivent rester de mise.

3. Les recommandations

... et autres ‘c’est formidable ce que vous faites’, ‘vous êtes quelqu’un dont j’apprécie les qualités professionnelles’ … là aussi faut-il encore correctement décoder l’information. Nous avons tous des amis, logique donc d’en trouver qui nous recommanderaient. Une recommandation efficace doit être un partage d’expérience vécue et concrète (objectif – stratégie – résultat), de préférence de la part d’un collègue, d’un niveau hiérarchique supérieur ou inférieur, d’un client, d’un fournisseur … Lisez donc entre les lignes lorsque vous découvrez des profils aux multiples recommandations et avis (trop) positifs.

4. Restons honnêtes avec nous-mêmes

Nous savons tous pertinemment bien que seules nos qualités sont mises en avant. Gérer son identité numérique, n’est-ce pas quelque part un peu aussi cacher ses défauts et ses défaites ? Ceux qui ont déjà échoué auront eu, eux, au moins le courage et le mérite d’avoir essayé et entrepris.

> À lire aussi: Pour décrocher un job, misez sur l'enthousiasme !

5. LinkedIn

Le premier réseau social professionnel, comptait à fin septembre 2012 en Belgique 1.240.000 profils, ce qui représente environ 28% de la population active occupée (15-64 ans). Même si ce pourcentage ne cesse de croître et qu’une présence s’y avère presque incontournable de nos jours, il ne faudrait pas sous-estimer ni exclure les personnes de notre tissu économique n’utilisant pas (encore) cette plate-forme.

Max De Backer est HR Consultant et Career Coach chez Easy Way Consulting.

Retour à la liste