5 hobbies qui font mouche sur un CV

Publié : vendredi 31 mars 2017

C'est la petite ligne du CV à  laquelle les candidats accordent parfois peu d'importance et pourtant, les hobbies et loisirs peuvent parfois empêcher une candidature de finir directement à  la poubelle. La raison : cette rubrique représente presque la seule occasion pour un postulant de laisser transparaitre sa personnalité, et ce, avant même l'entretien d'embauche.

> Voir aussi: "Comment rédiger le CV idéal"

Nous avons demandé l'avis d'une coach en développement personnel et consultante en ressources humaines. Selon elle, la partie hobbies et loisirs permet surtout aux jeunes diplômés de se démarquer, et ce, en dépit de leur maigre expérience. Pour des travailleurs plus expérimentés, elle sera surtout révélatrice des implications dans la société et des différents réseaux de relation du postulant. 

Mais comment transformer ses hobbies et loisirs en atouts pour décrocher un emploi ? Selon François Meuleman, auteur et expert dans le domaine des ressources humaines, il est conseillé d'indiquer ses hobbies à  la fin du CV. Je recommande d'en citer idéalement trois, maximum cinq. Chaque loisir sera accompagné d'une description dont la taille dépendra de l'investissement du candidat dans cette activité. S'il décroche un entretien, le postulant veillera à  s'informer sur l'actualité de ses passions, car le recruteur risque bien de détourner la conversation vers ce sujet à  la fin de la rencontre. C'est normalement l'occasion pour ce dernier de découvrir le candidat sous une autre face que professionnelle.

S'il est intéressant – voire déterminant – de mentionner ses loisirs sur son CV, tous ne sont pas porteurs dans le cadre d'une recherche d'emploi. Zoom sur quelques activités et leurs connotations, commentées par nos deux experts.

  • 8/10 : Le sport - preuve de dynamisme

L'interprétation peut varier d'un recruteur à  l'autre, mais le sport est presque toujours connoté de manière positive, parce qu'il est généralement associé à  une vie saine dans l'imaginaire collectif. Selon la discipline pratiquée, le sport indiquera aussi des qualités de pugnacité ou de dynamisme. Une activité collective telle que le volleyball, le football, le basket, etc. laissera présager que le candidat possède des capacités à  travailler en équipe. Par contre, des sports comme la boxe thaïlandaise – trop violente – ou le body building freineront certains recruteurs. Un candidat qui pratique par exemple le marathon et l'inscrit sur son CV aura tendance à  être perçu comme une personne endurante, persévérante et capable d'aller au bout de projets difficiles. Le recruteur prendra toutefois soin de vérifier lors de l'entretien d'embauche que le postulant possède bel et bien ces qualités.

L'idéal, pour François Meuleman, est de mentionner un sport qui risque d'intéresser l'employeur. Il ne faut bien sûr pas mentir, mais je conseille souvent aux 45 ans et plus (qui ont davantage de difficulté à  trouver de l'emploi) de googleliser à  ce sujet l'entreprise pour laquelle ils postulent. Autre petit conseil utile : Il est essentiel de se tenir un peu au courant de l'actualité des sports que l'on mentionne sur son CV, explique François Meuleman. Si vous indiquez que vous pratiquez le tennis, mais que vous êtes incapable de parler du dernier match de Kim Clijsters, vous perdez une occasion de créer un lien avec le recruteur.

  • 9/10 : Le théâtre - activité par excellence

Que ce soit la musique, le chant ou encore la danse, la pratique d'un art sera presque toujours perçue comme un signe de créativité et sera surtout appréciée dans des secteurs à  caractère culturel. Attention toutefois aux nombreux possesseurs d'un appareil numérique qui se disent photographes, avertit François Meuleman. La plupart d'entre eux ne possèdent aucune connaissance technique et sont incapables de retoucher des images. L'activité artistique par excellence – surtout pour les jeunes – reste le théâtre, car il procure souvent des capacités de prise de parole. Selon François Meuleman, c'est le loisir idéal pour les commerciaux et les vendeurs, car il laisse présager une certaine capacité narcissique et convaincante, deux qualités nécessaires à  ces professions. Attention toutefois au caractère parfois chronophage de ces activités dont les répétitions obligatoires risquent d'empiéter sur le temps de travail.

> Voir aussi: "Bien rédiger la rubrique "centres d'intérêt" de son CV en 6 étapes" 

  • 4/10 : Les jeux vidéo - à  manier avec prudence

S'il existe un hobby qu'il n'est pas nécessaire d'indiquer sur votre CV, ce sont bien les jeux vidéo. Selon la coach, ces activités n'ont absolument rien d'original et ne présentent aucun intérêt pour une activité professionnelle. Souvent connotés négativement – certains se représentent l'amateur de jeux vidéo comme une personne asociale, voire autiste... – les jeux vidéo ont tendance à  être de plus en plus tolérés par les recruteurs. François Meuleman conseille toutefois d'éviter de mentionner les MMORPG ou jeux de rôle en ligne massivement multijoueur, car ils génèrent souvent des problèmes d'addiction. Un caractère néfaste dont les recruteurs se passent volontiers...

  • 9/10 : Scouts toujours prêts

Qu'il s'agisse des scouts, du patro ou autre, les mouvements de jeunesse représentent un excellent plus sur un CV, surtout lorsqu'il s'agit de jeunes diplômés. Un scout, surtout s'il a été chef, aura a priori la capacité de motiver des gens, de prendre la parole en public et de s'organiser, explique François Meuleman, sans compter sa capacité à  encadrer les enfants. Pour la coach, le constat est similaire : Les adeptes des mouvements de jeunesse possèdent souvent des qualités d'adaptation, de prise d'initiatives et de responsabilités. Si ces atouts peuvent être transférés dans la sphère professionnelle, c'est tout bénéfice pour l'employeur !

  • 8/10 : Cuisine et jardinage - très bien notés

Parmi les hobbies en vogue sur les CV, on retrouve également les activités bénévoles et caritatives. Ce dévouement sera généralement apprécié par le recruteur – surtout dans le secteur non marchand –, qui verra alors dans le candidat une personne capable de s'intéresser aux autres, de donner de son temps... Il faut toutefois que les valeurs qui ressortent de l'activité bénévole (l'écologie, la famille...) se révèlent plus ou moins en adéquation avec celles de l'entreprise pour laquelle le candidat postule. Et François Meuleman d'ajouter que ces hobbies sont très positifs à  condition qu'ils n'empêchent ou ne limitent pas la disponibilité professionnelle du candidat.

Au rang des hobbies très bien notés, on retrouve la cuisine et le jardinage, qui représentent des  atouts majeurs surtout s'il s'agit d'un candidat masculin et d'un recruteur féminin. Un homme qui sait faire la cuisine possède quelque part une capacité à  gérer les choses dans l'espace, sait se montrer patient et raffiné, remarque François Meuleman. C'est aussi un signe d'ouverture d'esprit, au même titre qu'un homme qui s'occupe de ses enfants. J'ai d'ailleurs connu un candidat qui a littéralement séduit son employeur parce qu'il avait inscrit dans ses loisirs qu'il aimait passer du temps avec ses enfants. 

> Découvrez toutes nos nouvelles offres d'emploi 

 

Retour à la liste