68% des Belges pensent que leurs performances doivent être évaluées toute l'année

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 24 déc. 2020

Un Belge francophone sur trois n’a pas bénéficié d’un entretien d’évaluation ou de fonctionnement durant l’année 2019, selon une étude menée par Protime. Seuls 11% des travailleurs sont évalués sur base permanente.

évaluation

À l’approche de la fin de l’année, de nombreux travailleurs belges se préparent pour leur entretien d’évaluation ou de fonctionnement annuel. Protime, le spécialiste de la gestion du temps et du personnel, a mené une enquête auprès de travailleurs francophones pour voir comment ils percevaient cette évaluation de fin d'année.

Il ressort que plus de quatre travailleurs francophones sur dix (41%) bénéficient chaque année d’une telle évaluation, souvent en période de fin d’année. Ils sont 15% à se soumettre plusieurs fois par an à un tel entretien. Toujours en Belgique francophone, l’entretien d’évaluation ou de fonctionnement est un processus continu pour seulement 11% des travailleurs. Or, l’évaluation permanente devrait être la norme pour tous les travailleurs. Les répondants sont 68% à considérer que leurs performances devraient être évaluées tout au long de l’année.

 Sophie Henrion, Business Manager de Protime : « Si ça ne tenait qu’à moi, on pourrait supprimer l’entretien d’évaluation annuel classique. Il s’agit le plus souvent d’un instantané qui génère beaucoup de stress pour de nombreux travailleurs (40%). Trop souvent, durant ces conversations, l’accent est mis sur ce qui n’a pas fonctionné alors qu’il est plus motivant de se concentrer sur ce qui se passe bien. »

L'entretien d'évaluation doit changer

La fréquence des évaluations n’est pas le seul point perfectible. Leur teneur l’est aussi. Un entretien d’évaluation ou de fonctionnement qui met seulement l’accent sur les performances passées n’est plus d’actualité. Selon 75% des répondants, l’accent doit davantage être mis sur l’avenir, sur les talents et sur le développement personnel.

Dernier enseignement de l’étude, 42% des répondants estiment que, avant l’entretien d’évaluation, davantage d’informations devraient être recueillies auprès des collègues.

« La reconnaissance du travail accompli par les employés doit être ancrée dans la culture d’entreprise. Cela aide non seulement les entreprises à trouver des employés, mais aussi à les motiver et à les fidéliser. Ce n’est qu’ainsi qu’une entreprise peut devenir et rester une ‘Great Place To Work’ », conclut Sophie Henrion.

>> A lire aussi : Mauvaise évaluation : que faire?

>> Consultez toutes nos offres d'emploi