7 anonymes qui ont fait carrière derrière un masque

Officiellement prévu pour le 21 mai, le nouvel album de Daft Punk, Random Access Memories, est déjà disponible sur Itunes. Après huit ans d’absence, le groupe casqué à savamment orchestré le marketing qui a entouré la sortie de leur premier single ‘Get Lucky’.

Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo clament que leurs casques sont une critique du star-système, mais au final, ce signe de reconnaissance fait aussi partie de l’aura mystérieuse qui a assuré leur succès.

Par provocation, snobisme ou idéalisme, ils sont nombreux dans le show-business à avoir fait carrière masqué. Voici quelques exemples!

The Residents

The Residents reste l'un des secrets les mieux protégés de l’histoire de la pop. Depuis 1972, ce collectif anonyme est actif dans la musique d’avant-garde et les projets multimédia.

Très productif, ce groupe a sorti plus de 80 albums en 40 ans de carrière. Selon certaines rumeurs jamais vérifiées et assez invraisemblables, Paul McCartney et Phil Collins ont fait partie des Residents.

En public, les musiciens portaient la plupart du temps un smoking ainsi qu’un masque représentant un globe oculaire.

Gorillaz

Chanteur médiatisé du groupe anglais Blur, Damon Albarn a aussi des projets dans l’ombre. Il s’est notamment associé avec le dessinateur Jamie Hewlett pour créer le groupe imaginaire de dark-pop en carton-pâte Gorillaz.

Les faux musiciens crados ont eu tellement de succès que Albarn et Hewlett ont poussé l’expérience jusqu’à les faire se produire sur scène, en utilisant divers artifices (ombre chinoise, hologrammes, projections).

Dr. Lektroluv

La Belgique a elle aussi ses artistes masqués. Dr. Lektroluv est le porte-drapeau du label Lektroluv. Le DJ qui porte un masque vert a sorti une dizaine de CD et s’est déjà produit à Werchter et au Pukkelpop.

Il a par la suite été révélé que derrière le masque se trouvait Stefaan Vandenberghe (aussi connu sous le nom de T-Quest), mais cela n’a pas gâché le plaisir.

Buckethead

Ce virtuose de la guitare actif dès la fin des années 80 est une légende dans le milieu. Buckethead se produisait pourtant toujours de manière anonyme, affublé d'un masque blanc et un seau de pilons de poulet KFC (bucket) en guise de chapeau.

Buckethead a sorti plus de 30 albums solo et joué au sein des Guns N’ Roses.

Slipknot

Après la mort de leur bassiste, les membres de Slipknot ont donné une conférence de presse où ils ne portaient aucun masque, et leurs noms sont connus depuis longtemps. Pourtant, les membres du groupe de nu-métal veulent rester aussi anonymes que possible. C’est pourquoi ils ont remplacé leurs prénoms par des numéros et ils se définissent comme un collectif.

En Amérique, quatre de leurs disques ont été disques de platine. Ils ont également gagné un Grammy de meilleur groupe métal.

Stupeflip

Ce groupe de hip-hop français complètement hors-norme est toujours apparu masqué, en critiquant sévèrement le star-système. Son ambigu leader, Julien Barthélémy, incarne selon ses déguisements plusieurs membres du groupe : King Ju, Pop Hip ou Rascar/Capac. En tant que King Ju, il est toujours masqué par une cagoule d'enfant qui aurait bien besoin de faire un tour au pressing.

Un brin associal, King Ju (fan des Residents cités plus haut) clame détester la promo et les concerts, mépriser son public (qu'il insulte régulièrement lors des concerts) et les maisons de disques.

 Banksy

Ce n’est pas un musicien, mais il s’agit sans doute du graffeur/artiste de rue le plus connu du monde. Son travail s’expose dans les rues de plusieurs villes européennes, ainsi que sur le mur de séparation en Palestine et au Bristol Museum. Récemment, un pan du mur où il avait dessiné a même été arraché et vendu aux enchères. Ses peintures se vendent parfois à plus de 1,1 millions d’euros (Kate Moss et Christina Aguilera en possèdent).

Malgré tout, Banksy est toujours resté anonyme, comme c’est souvent le cas dans le milieu du street art : en effet, cet art est parfois considéré comme du vandalisme, et peut donc être puni par la loi. Mieux vaut donc ne pas être reconnu par les forces de l'ordre.

En 2010, Banksy a réalisé le film ‘Exit Trough the Gift Shop’ (à la fois documentaire sur le street art et dénonciation de ses dérives) où il apparaît avec la voix déformée et une capuche tirée sur la figure.

Texte: Steven Heyse et Magali Henrard

Retour à la liste