7 signes qui annoncent votre licenciement

Rédigé par: Julie Delcourt
Date de publication: 17 févr. 2020

Se faire licencier. Peut-être est-ce votre pire cauchemar ? Vous craignez de ne pas le voir venir ? Pourtant, il est possible d’anticiper son exclusion, imminente ou non, faites attention à ces 7 choses.

licencier

1. Une surveillance permanente

Vous ne pouvez plus rien faire sans que votre patron ou qu’un collègue (délégué) passe derrière vous pour vérifier si vous réalisez bien vos tâches. C’est mauvais signe, peut-être devriez-vous chercher après un nouveau poste.

2. Moins d’argent plus de vacances

Votre revenu salarial mensuel a diminué ? Votre patron vous suggère de prendre « un peu de trop » de congés ? Méfiez-vous ! Ces deux réalités sont très certainement un traquenard pour vous préparer "tout en douceur" à l’annonce de votre future démission.

3. Encore et encore des remarques

Tout le monde a déjà passé une mauvaise journée au boulot et personne n’est capable de travailler parfaitement dès le premier jour. Une mauvaise évaluation n’est donc pas un motif de licenciement.

En revanche, si les remarques négatives s’accumulent, vous devez vous poser des questions. Si votre patron émet des doutes quant à vos qualités ou votre attitude générale, restez sur vos gardes.

>> A lire aussi : Les 13 raisons les plus fréquentes de se faire virer

4. Un ou plusieurs avertissements

Une réprimande n’est jamais bon signe. Votre patron vous a-t-il tapé sur les doigts ? Vous a-t-il envoyé un courrier électronique expliquant que la situation actuelle ne pouvait plus durer ? Vous a-t-il répété à plusieurs reprises que votre travail n'était pas en ordre ?

Alors préparez-vous au pire : un avertissement ne présage jamais rien de bon et annonce bien souvent d’autres mauvaises nouvelles.

5. Moins de travail plus de confusion

Vous tournez-vous plus souvent les pouces qu'auparavant au bureau ? C'est généralement mauvais signe. Si moins de projets, de dossiers ou de clients vous sont attribués, il est fort probable que l’on ne vous fasse plus confiance dans votre entreprise.

Même si vous essayez de prendre des initiatives et de changer la situation, si votre patron a pris sa décision, il n’appréciera plus vos démarches.

6. Plus d’avis ni d’opinion

Votre opinion était-elle exprimée et écoutée lors de réunions ou d'échanges dans le passé ? Plus personne ne vient vous demander votre avis et ne vous laisse l’occasion de vous exprimer ? Traduction : votre patron n’accorde plus d’intérêt à ce que vous pensez. Il n’y voit sans doute plus aucune valeur. Vos jours sont comptés !

7. Au cœur des discussions

Avez-vous l’impression d'être le sujet de discussion favori de vos collègues  alors qu’ils ne vous incluent pas dans la conversation ? Sachez dès lors à quoi vous attendre !

Si vous vous retrouvez dans l'un de ces constats, ne baissez surtout pas les bras. Voici quelques conseils, listés sur Jobat, pour rester tenace :

Le plus difficile, mais le plus important : admettez que l’on ne vous aime plus. Si vous continuez à nier que les choses ne fonctionnent plus correctement, la situation dégénérera rapidement et c'est la dernière chose que l’on vous souhaite.

  •  Le calme peut vous sauver. Si vous paniquez, vous ferez de mauvais choix et votre licenciement ne fera que se rapprocher.
  • ·  A deux, vous êtes plus fort que seul. Assurez-vous de bien vous entendre et vous comporter correctement avec vos collègues, ne fût-ce que pour qu'ils ne vous tournent pas le dos.
  • ·  Le plus difficile, mais le plus important : admettez que l’on ne vous aime plus. Si vous continuez à nier que les choses ne fonctionnent plus correctement, la situation dégénérera rapidement et c'est la dernière chose que l’on vous souhaite.

>> A lire aussi : 4 conseils pour surmonter son licenciement

>> Découvrez toute nos offres d'emploi