75 % des postulants n'obtiennent aucune réponse à leur candidature

Publié :

Un des aspects les plus frustrants des périodes de recherche d’emploi est de ne pas recevoir de réponse à vos candidatures. Vous passez du temps à rédiger votre CV et votre lettre de motivation, vous les envoyez et puis c’est comme si tout cela était tombé dans un trou noir. Pendant des semaines, vous n’avez aucune nouvelles – pas d’accusé de réception, pas d’invitation à un entretien – et lorsque vous finissez par appeler, on vous informe que le poste a été pourvu par quelqu’un d’autre.

Une enquête du site carrière Careerbuilder.com, menée sur 3.900 travailleurs américains, a montré que plus de 1 personne interrogée sur 4 ont eu de mauvaises expériences en sollicitant. Sur les 1.083 personnes qui avaient postulé l’année précédente, 75 % ont déclaré n’avoir eu aucune réaction à leur candidature au moins une fois.

> Voir aussi : 5 conseils pour faire face au rejet de votre candidature

Pourtant, d'après l'enquête, les entreprises ont tout intérêt à donner un feedback aux postulants. 42 % des personnes interrogées déclarent qu’après une mauvaise expérience avec une entreprise, elles n’y postuleront plus jamais. 22% conseilleraient en plus aux autres de ne pas aller y travailler et 9% refuseraient même d’acheter les produits ou les services de cette entreprise.

Même les meilleurs employeurs ne réagissent pas

D’après une autre enquête, commandée par l’entreprise RH CareerXRoads, même les entreprises qui sont considérées comme de remarquables employeurs sont aussi à blâmer. Les enquêteurs ont crée pour l’étude le CV fictif du candidat ‘Charles Brown’ et l’on envoyé aux entreprises faisant partie de la listes des ‘Best Companies to Work For 2012’ de Fortune. A peine 28% de ces entreprises ont envoyé une réaction, ce qui prouve selon le rapport que beaucoup d’employeurs n’ont aucune idée de la façon de se comporter avec les postulants.

Comment demander un feed-back après avoir raté un entretien ?

Et en Belgique ?

Aucune étude du genre n’a été menée dans notre pays, mais d’innombrables témoignages prouvent que le problème est aussi présent ici. Pour tenter d’y mettre un terme, le parlementaire sp.a Hans Bonte avait lancé en 2012 une proposition de loi pour obliger les entreprises à envoyer une réponse à chaque postulant. Selon la proposition de Bonte, les employeurs qui n’auront pas réagi à temps à une candidature devront s’attendre à recevoir une amende administrative.

"Quand quelqu’un réagi à une fonction publiée publiquement, il ou elle est en droit d'attendre une réponse. D’après les enquêtes, il ressort que les gens qui font partie de certains groupe sociaux, comme les plus de 50 ans, ne reçoivent très souvent aucune réaction" a expliqué le parlementaire au journal flamand Het Nieuwsblad.

Actuellement, la proposition de Bonte n'a pas été adoptée. Le Syndicat Neutre pour Indépendants répond dans un article publié sur son site : "Faire une obligation légale de répondre aux candidatures est une autre chose. C’est comme du harcèlement pour toutes les entreprises surtout parce que les entrepreneurs risquent une peine d’emprisonnement de 8 jours à 1 mois et/ou une amende de 26 à 500 euros (à multiplier par 6). Toutes les entreprises, et surtout les petites entreprises, n’ont pas toujours le temps et la main d’œuvre pour répondre à toutes les candidatures. Répondre aux candidatures doit devenir la norme, mais ne peut pas impliquer une obligation."

> Voir aussi : 10 mythes sur l'entretien d'embauche

Retour à la liste