8 secrets de milliardaires

Publié : lundi 26 décembre 2016

Le petit monde des très riches continue de fasciner. Voici huit petits secrets plus ou moins honteux du cercle très fermé des milliardaires.

> A la recherche d'un nouvel emploi? Découvrez nos 1500 offres 

1. « Nous sommes de plus en plus nombreux »

Cette année, le cercle très fermé des milliardaires a accueilli environ quelque 200 nouveaux venus. On dénombre dans la liste des milliardaires de Forbes pas moins de 1 826 milliardaires, contre 1 645 l'an dernier, qui représentent une richesse cumulée d'un peu plus de 7 000 milliards de dollars (6 145 €). À noter le retour de Liliane Bettencourt dans le top 10.

2. « Être millionnaire, ce n’est plus ce que c’était »

Les choses ont changé : aujourd’hui, une maison à  Manhattan vaut plus d’un million de dollars. Résultat : de l’avis des experts, être millionnaire ne signifie plus être riche. Pour faire réellement partie de « l’élite » richissime de ce monde, il faut désormais posséder un milliard...

> Voir aussi: "Pourquoi les gens riches ne prennent pas leur retraite" 

3. « On reste entre hommes »

Dans la liste de 1 826 milliardaires de Forbes, on compte… 197 femmes... un record ! Mais près de 90 % des milliardaires sont toujours des hommes. La femme la plus riche du monde est la française Liliane Bettencourt, qui possède 30 milliards de dollars.

4. « Nous sommes malins, mais surtout éduqués »

D’après plusieurs enquêtes, les milliardaires américains sont les plus éduqués. Statistiquement, ils sont plus susceptibles d’avoir fréquenté les meilleures écoles, qu'ils soient CEO, les juges ou les sénateurs. La meilleure façon de devenir milliardaire est bien sûr de naître milliardaire, mais beaucoup de self made men ont malgré tout réussi à  atteindre ce niveau. Sheldon Adelson, le CEO de Las Vegas Sand (casinos de Las Vegas) avait par exemple un père chauffeur de taxis.

> Voir aussi: "Les métiers les moins bien payés en Belgique"

5. « C’est comme de l’argent du Monopoly »

Quand on en a autant, l’argent n’a plus la même valeur. En 2010, Roman Abramovitch a acheté un yacht à  1 milliard de dollars. Et le prince Alwaleed bin Talal s’est offert un Airbus A380 pour la modique somme de 400 millions de dollars. A côté de ces flambeurs, certains milliardaires sont par contre particulièrement économes, comme Warren Buffet par exemple.

6. « Notre plus grande peur : le divorce »

Heureusement, et peut-être n’est ce pas une coïncidence, le divorce est rare chez les ultra-riches. Sur les 84 % de milliardaires qui se sont mariés, seuls 8 % sont divorcés (le taux de divorce pour le reste de la population américaine est de 40 à  50 %). Un divorce de milliardaire peut en effet coûter plusieurs millions de dollars. De plus, la procédure génère une mauvaise publicité, qui se révèle souvent catastrophique pour leurs affaires.

> Voir aussi: "Divorce, un tremplin pour votre carrière?" 

7. « Ce n’est pas de l’évasion, juste de l’évitement »

Beaucoup de milliardaires essaient d’éviter de payer des taxes sur leur fortune. D’après une enquête de 2012 du Congressional Research Service, 25 % des millionnaires (94 500 contribuables) paient moins de taxes que 10,4 millions de citoyens disposant d’un revenu modéré.

8. « Ma famille aime mon argent, mais elle me déteste »

L’argent ne fait pas le bonheur, c’est bien connu. Il ne fait pas l’harmonie familiale non plus, bien au contraire. Et comme beaucoup d’argent est en jeu, les conflits au sein des familles milliardaires se règlent souvent au tribunal. Gina Rinehart, la femme la plus riche d’Australie, est ainsi attaquée par ses deux enfants, John Hancock et Bianca Rinehart, qui lui reprochent de retarder le moment où ils pourront toucher leur héritage. Le financier T. Boone Pickens quant à lui a traîné son propre fils devant les tribunaux pour diffamation et violation de la vie privée.

Source: express.be et marketwatch.com

 

> Êtes-vous suffisamment rémunéré? Découvrez-le grâce à notre compas des salaires 

Retour à la liste