Comment gérer un boss plus jeune

Une étude menée par le jobsite CareerBuilder, qui établit que 34% des employés travaillent actuellement pour un patron plus jeune qu’eux et qu’il s’agit là  d’une tendance croissante.

La génération 2.0

Les changements rapides dans le monde des technologies y sont certainement pour quelque chose. Dans de nombreux domaines, en effet, les travailleurs plus âgés ne sont plus à  jour et doivent dès lors s’en remettre à  des jeunes qui ont grandi avec ces technologies ou qui ont carrément suivi une formation en la matière. Ainsi, dans le milieu journalistique par exemple, nous évoluons de plus en plus vers le contenu en ligne, ce qui exige une certaine maîtrise des systèmes d’exploitation, des outils de veille Internet et des réseaux sociaux. Souvent, les postes clés du journalisme en ligne sont dès lors occupés par la génération Y. Or, il n’est pas toujours évident de faire cohabiter les générations, en particulier lorsque les générations plus anciennes se retrouvent sous les ordres des générations plus récentes.

S’adapter aux nouveaux modes de communication

Robin Throckmorton, co-auteur de Bridging the Generation : How to Get Radio Babies, Boomers, Gen Xers and Gen Yers to Work Together and Achieve More, encourage les anciens travailleurs à  prendre les devants et à  amorcer le dialogue avec leurs patrons afin de comprendre comment ceux-ci préfèrent communiquer.

Claire Raines, co-auteure de Generations at Work : Managing the Clash of Veterans, Boomers, Xers, and Nexters in Your Workplace abonde dans ce sens : les travailleurs plus âgés devraient s’adapter aux modes de communication de leurs patrons plus jeunes au lieu d’essayer de lutter ou de changer les choses. Les employés plus âgés ont beaucoup de choses à  apprendre sur les règles en matière d’e-mails, de messagerie instantanée et de sms. Par exemple, les jeunes travailleurs considèrent souvent leur gsm comme une messagerie vocale : ils ne répondent pas directement mais préfèrent que l’on leur laisse un message vocal, auquel ils répondront en temps et en heure, en fonction de leur agenda.

Pas de réciprocité

Un autre conseil : même lorsque les travailleurs plus âgés font l’effort d’apprendre les nouveaux modes de communication, ils ne devraient pas attendre la réciproque de la part de leurs patrons plus jeunes. Vous devez adopter les habitudes de votre patron. N’attendez pas de lui qu’il se plie aux vôtres.

Pas de vieux singes

Throckmorton et Raines s’accordent également sur le fait que les travailleurs plus âgés ne devraient pas partir du principe que leurs patrons plus jeunes leur doivent le respect en vertu de leur âge plus avancé. « Vous devez gagner ce respect », affirme Throckmorton. Ces travailleurs ne doivent pas non plus croire que leurs patrons plus jeunes ont besoin d’être encadrés ou maternés.  

La subordination : un consentement

Billie A. Pivnick, professeure de psychologie à  l’université de Columbia, souligne une autre question : les relations entre des employeurs plus jeunes et des employés plus âgés suscitent des problèmes de domination et de subordination. Elle conseille de « redéfinir la subordination en termes de "consentement"». Les travailleurs plus âgés devraient accepter la situation et faire fi de tout ressentiment. Ils devraient accorder la priorité au travail bien fait et à  la réussite. Observez les pratiques managériales de votre boss et essayez de vous couler dans le moule. Essayez de trouver une manière pour mettre votre patron en valeur. S’il est très compétitif, montrez que vous travaillez en équipe. Peut-être sa reconnaissance débouchera-t-elle sur une promotion.   

 

Source : Forbes

Retour à la liste