L'Alliance for Youth a bénéficié à 50 000 jeunes Européens

Supportée par plusieurs grands groupes en Europe, y compris en Belgique, cette initiative veut lutter contre le chômage des jeunes en leur proposant des stages ou d'autres opportunités de doper leur CV. Parmi celles-ci, la formation en alternance qui tarde à  décoller.

Les entreprises partenaires de l’Alliance for Youth, une initiative lancée en 2014 par Nestlé afin de promouvoir l’emploi des jeunes en Europe, ont procuré des formations et des emplois à  50 000 jeunes Européens en un an. Soit la moitié des 100 000 opportunités qu’elles se sont engagées l’an dernier à  créer en trois ans. Les quelque 200 entreprises concernées se sont aussi impliquées dans plus de 5 400 activités de « préparation au marché du travail » (ateliers de rédaction de CV, foires à  l’emploi, préparations à  un entretien d’embauche, etc.).

Après un an d’existence, nous pouvons dire que l’Alliance crée une dynamique nouvelle, se réjouit Luis Cantarell, vice-président exécutif de Nestlé. Selon une enquête menée par Nielsen auprès de 635 dirigeants d’entreprises et professionnels des ressources humaines, issus de 70 entreprises membres de l’Alliance dans 22 pays européens, 66 % des répondants déclarent que les formations sous forme d’apprentissage et les stages sont susceptibles de déboucher sur un emploi permanent.

La formation par alternance aide les jeunes à  acquérir de l’expérience et de la confiance en soi avant d’intégrer le marché du travail, assure Christophe Cambournac, président pour l’Europe de Nielsen. Cela aide à  alimenter la réserve de talents à  disposition des entreprises en faisant le lien entre les compétences et les emplois disponibles sur le marché. C’est un facteur essentiel, car la société évolue à  un rythme très élevé que les formations scolaires traditionnelles ne peuvent pas suivre. De nombreux emplois à  pourvoir dans dix ans n’existent pas encore à  l’heure actuelle.

Ce plaidoyer en faveur de la formation en alternance a été porté cette semaine au Parlement européen dans le cadre d'un débat auquel participait Marianne Thyssen, Commissaire européenne en charge de l’Emploi. La mise en place rapide de la Garantie pour la jeunesse en collaboration avec des entreprises est cruciale pour faciliter la transition « école-travail » et fournir un emploi aux jeunes, estime-t-elle, rappelant que cette Garantie porte sur l'engagement envers tous les jeunes de moins de 25 ans de leur proposer un emploi ou un stage de qualité dans les 4 mois suivant la fin de leur scolarité ou la perte de leur emploi. La Commission a transféré près d’un milliard d’euros aux États membres afin d’aider près de 650 000 jeunes à  trouver un emploi, des formations, des stages ou à  continuer leur formation.

Cela étant, les entreprises de l’Alliance qui ont mis en place de nouveaux programmes de formation par alternance, en collaboration avec des universités et des écoles, disent faire face à  des obstacles liés à  la bureaucratie. Et citent par exemple les longues procédures nécessaires afin d’obtenir une autorisation gouvernementale pour modifier des formations scolaires.

Rappelons que cette Alliance for Youth est déclinée depuis quelques mois en Belgique où plusieurs employeurs parmi lesquels Adecco, Axa, EY, IBA, IBM, Nestlé, Securex ou Sodexo se sont eux aussi engagés à  proposer quelque 2 600 emplois, stages ou « opportunités » dans les deux prochaines années.

Benoît July

 

Publié :

Retour à la liste