L’avenir des assistants est-il en danger ?

Secretary Plus, l’agence de recrutement des assistants multilingues, a mené en avril 2015 une enquête auprès de plus de 1 600 managers et assistants afin de savoir si le métier d’assistant a encore un avenir devant lui. Selon les résultats, c’est bien le cas, mais la fonction a tendance à  se complexifier.

En raison des évolutions technologiques, les activités sont de plus en plus automatisées et de nouveaux outils et applications permettent d’exécuter de nombreuses tâches de manière plus efficace. Les assistants parviendront-ils à  maintenir leur place dans ce contexte professionnel en constante évolution ?

Complexité accrue

78 % des assistants et 82 % des managers confirment que les technologies amènent avec elles de passionnantes perspectives d’avenir pour la fonction, tant en termes de gain de temps que de contenu. L’avis des managers et assistants diffère toutefois pour ce qui est de la complexité du travail. 71 % des responsables (contre 49 % des assistants) affirment que ce travail est devenu plus compliqué, et 55 % des managers et 36 % des assistants indiquent que ces derniers doivent se former en permanence afin de maîtriser les nouveaux programmes et applications.

Les nouvelles technologie : une menace ?

Grâce à  de nouveaux outils, les assistants et collaborateurs de bureau consacrent de moins en moins de temps aux tâches de routine et peuvent donc se concentrer sur des activités présentant une valeur ajoutée. Il n’est ainsi plus nécessaire de traiter des données, d’ouvrir le courrier de son manager ou d’établir un rapport sur la base de notes prises à  la main : les nouveaux moyens de communication, logiciels et autres applications nous permettent de tout faire de manière digitale, avec un gain de temps et d’efficacité à  la clé. Les activités de secrétariat traditionnelles sont dès lors plus rapides, et les assistants peuvent se charger de tâches différentes et plus spécifiques ou complexes.

À l’inverse, 17 % des assistants et 13 % des managers estiment que la technologie pourrait avoir un impact négatif sur la sécurité de l’emploi et la préservation de la fonction. Son contenu a toutefois bien évolué et est devenu plus intéressant, d’autant plus en raison du fait que les assistants ne travaillent plus pour le compte d’un seul manager, mais bien pour plusieurs.

De nouvelles compétences

Barbara Stadsbader, Vice President Europe chez Secretary Plus : « Jens Martens m’aide, mais donne aussi un coup de main aux autres membres de l’équipe de management. Notre Personal Assistent (PA) consacre plus de 60 % de son temps à  des projets n’ayant rien à  voir avec la fonction traditionnelle. Il organise ainsi de événements de A à  Z, jongle avec les réseaux sociaux pour la communication et travaille en étroite collaboration avec notre département marketing pour différents projets. »

Bart Lambrechts, Human Resources Director chez Carglass SA, confirme : « Les tâches qui étaient autrefois confiées au PA sont à  présent plus facilement prises en charge par les directeurs, qui peuvent en outre aisément gérer leur agenda et répondre à  leurs e-mails avec leur smartphone. Les assistants n’ont par ailleurs plus besoin de rédiger de mailings complets et doivent uniquement se charger de transférer les messages importants. Les développements technologiques permettent donc de soulager les PA et inversement. »

En raison de l’extension des missions et des nouveaux outils et méthodes de travail, les assistants ont besoin d’autres aptitudes spécifiques pour pouvoir continuer à  exercer leur fonction. Voici les trois compétences clés avancées par les répondants :

1. Maîtrise des outils digitaux et des nouvelles applications

2. Capacité à  traiter d’importantes quantités d’informations

3. Connaissances linguistiques

Vous recherchez un (nouveau) défi en tant qu’assistant ? Consultez ici notre sélection d’emplois.

Publié :

Retour à la liste