La Police recrute 1 400 inspecteurs

Cybercriminalité, forensics, agents opérationnels... En une décennie, la palette des métiers de la Police s'est largement spécialisée. Aujourd'hui, les recrutements portent aussi sur le personnel civil. Les informaticiens étant très prisés.

Ce jour-là , vous avez failli vrillé dans les aiguà«s. Vous avez ralenti les basses. Vous avez bu dans le casque. Vous êtes revenus de loin.... Entre deux bons riffs, le slogan Un job dans la Police, ça se raconte s’affiche désormais sur Spotify. Et renvoie vers le site Jobpol.be. Après avoir démarché les universités, les agences pour l'emploi et les ordres professionnels, la Police fédérale tend des perches jusque sur les médias sociaux. Et pour cause : 1 400 inspecteurs doivent être recrutés d'ici la fin de l'année pour compenser les départs à  la retraite. Profils recherchés : essentiellement des diplômés de l'enseignement secondaire supérieur. Ils peuvent intégrer l'une des 195 zones de police locale afin d'y exercer des missions de base de la police de proximité. Ou bien intégrer le corps de la Police fédérale, pour des missions d'appui spécialisées, explique Alain Goergen, directeur du recrutement et de la sélection à  la Police fédérale.

Mais les besoins sont énormes. Nous avons non seulement besoin de policiers de tout grade (d'agent à  commissaire), mais également de membres du personnel civil tels que comptables, assistants sociaux et informaticiens, précise Alain Goergen. La Police engage aussi des inspecteurs spécialisés, pour lutter contre la cybercriminalité et pour les analyses criminelles opérationnelles. La criminalité économique, financière et informatique demande de nouveaux spécialistes. Traquer des fraudeurs, pister des pédophiles, c'est aussi une autre manière d'utiliser ses savoirs. Et de donner du sens à  sa vie professionnelle, en visant moins le gain financier, mais davantage le sens de la collectivité. Pour Bruxelles, où la difficulté de disposer de cadres de police locale est devenue chronique, de multiples incitants financiers sont destinés à  éveiller davantage d'intérêt pour la fonction : prime de bilinguisme, prime pour les agents en fonction dans les grandes villes, prime pour les agents de proximité, mutation interdite avant un certain délai.

Des tests renforcés

Comment devenir inspecteur de police ? Seul le concours de police permet d'accéder au métier. Depuis la dernière réforme, le schéma de sélection a été standardisé. Les candidats-policiers, que ce soit pour le niveau fédéral ou le niveau local, suivent un parcours en grande partie commun. Tests de potentialité intellectuelle, connaissance de la langue maternelle, test sportif... Pour effectuer le parcours sportif, les recrues ont actuellement trois minutes et trente secondes. Le taux de réussite est de 97 % chez les hommes et de 65 % chez les femmes. Ceux qui échouent à  ce test doivent attendre deux mois avant de retenter leur chance. Catherine De Bolle, patronne de la Police fédérale, est au courant du problème et a déjà  lancé l'élaboration d'un projet de révision de ce test. L'objectif serait de relever le degré de difficulté pour les candidats masculins.

L'écrémage se fait pourtant dès la première journée. 50 % des candidats n'accèdent pas à  la deuxième étape, confie Alain Goergen. La deuxième journée, quant à  elle, est dédiée aux examens de personnalité. Au menu : un assessment center, ponctué d'épreuves informatisées, d'un entretien avec un psy et de simulations de groupe. L'objectif est de cerner la motivation et l'autonomie des candidats, explique Alain Goergen. Après l'épreuve médicale, largement réussie, le candidat se présente en entretien devant une commission de sélection. Seulement, à  la différence de l'assessment, le jury est assisté d'hommes de terrain, d'un commissaire local et fédéral. On mène aussi une enquête de milieu, en consultant des banques de données et via la police locale, précise enfin Alain Goergen.

 

1 400 inspecteurs

Pour compenser les départs à  la retraite, 1 400 inspecteurs doivent être engagés d'ici la fin de l'année. Pour cela, la Police a mis en place 1 400 points de contact. Des volontaires, avec qui il est possible de discuter objectivement du métier. Leurs coordonnées peuvent s'obtenir sur JobPol.be.

1 200 € net

C'est le salaire de départ moyen d'un inspecteur débutant. À ces revenus mensuels s'ajoutent les primes liées aux prestations irrégulières (travail de nuit, le week-end, etc.). Des primes de 150 € à  200 € net sont aussi liées à  la connaissance de la deuxième langue nationale.

Cadres moyens spécialisés

La Police engage aussi des inspecteurs spécialisés, pour lutter contre la cybercriminalité et pour les analyses criminelles opérationnelles. Cette année, ces recrutements sont essentiellement focalisés sur les profils ICT, notamment pour les sections « éco-fin » et « terrorisme ».

Retour à la liste