Accompagner des futurs indépendants et entrepreneurs dans leur projet

Rédigé par: CAROLINE DUNSKI
Date de publication: 21 nov. 2022
Catégorie:

Douze SAACE (structures d’accompagnement à l’autocréation d’emploi) sont agréés par la Région wallonne et rassemblées sous la structure faîtière Starter Wallonia pour stimuler le tissu économique wallon et aider les porteurs de projets entrepreneuriaux à les mener à bon port.

art generaliste

 

566. En 2021, 2.433 porteurs de projet ont été accompagnés et 772 d’entre eux ont bénéficié d’un test ; 566 nouvelles entreprises ont été créées, dont 391 activités à titre principal.

L’accompagnement qu’offrent les Structures d’accompagnement à l’autocréation d’emploi (Saace) réparties sur le territoire wallon est gratuit et destiné à des demandeurs d’emploi ou des personnes ayant un statut assimilé. Dotées d’un double objectif d’insertion socioprofessionnelle et de stimulation du tissu économique wallon, elles aident les porteurs de projets à créer leur emploi, en leur proposant un accompagnement individualisé qui les prépare à s’installer comme indépendants, lancer leur entreprise ou encore reprendre une activité existante.

Acteurs de la formation, les Saace développent des programmes d’ateliers permettant de comprendre les tenants et aboutissants de la création et de la gestion d’une entreprise, et de développer des compétences annexes au métier de l’indépendant, comme le marketing, la comptabilité, la communication…

Chacune avec ses spécificités, les Saace amènent, pendant 24 mois, les futurs entrepreneurs à affiner leur projet, l’inscrire dans un plan d’affaires réaliste ou encore le confronter au marché, notamment lors d’un test en situation réelle. Pendant cette période de test grandeur nature qui dure 18 mois maximum, le futur entrepreneur peut commencer à produire et à facturer ses prestations ou ses produits en utilisant la personnalité juridique de la Saace comme centre de facturation, tout en bénéficiant d’un accompagnement individualisé par les conseillers en création d’entreprises, et tout en gardant ses droits sociaux tels que des allocations de chômage ou le revenu d’intégration.

Les Saace fournissent un encadrement professionnel ainsi qu’un cadre administratif et juridique qui minimisent les risques liés au lancement de l’activité. Elles ouvrent en outre l’accès à certains financements spécifiques comme l’aide Airbag, qui sert de coussin d’air pour amortir la transition vers le statut d’indépendant à titre principal. Ce dispositif permet d’obtenir un montant de maximum 12.500 euros, versé en quatre fois, sur une période de deux ans.

 

À Charleroi, avec le projet Gen-Z, la Saace jecréemonjob.be s’adresse directement à la génération Z, aux 18-29 ans. Ici, on démarre en amont du projet pour se poser la question : « Est-ce que j’ai ça en moi ? Est-ce que je me sens de lancer mon projet, de devenir mon propre patron ? »

« On voit des gens s’épanouir »

Outre les missions et fonctionnement déterminés par voie décrétale, chaque Saace développe des projets propres. Ainsi, en ce mois de novembre, la montoise Avomarc s’est associée avec l’Agence de Développement local de Frameries autour de trois événements pour promouvoir la création d’entreprises et d’emplois. Deux Starter Days auront été organisés pour permettre à des personnes qui ont une idée de projet plus ou moins avancée ou la simple envie de changer de profession de rencontrer un conseiller pour voir quelles pistes s’ouvrent à elles.

Samedi dernier, Robin Pletsier, responsable communication d’Avomarc, a installé une table et quelques drapeaux promotionnels dans l’Atrium de l’Épicentre à Frameries, juste à côté du Farmery Store, un marché couvert qui propose les produits de quelque 150 producteurs locaux, pour recevoir en tête à tête toute personne ayant une idée d’activité à développer, mais ne sachant pas nécessairement quels types de services celles-ci pourront trouver dans une Saace. « Cela permet un contact plus direct en amont des séances d’information collectives que nous proposons régulièrement », explique Robin Pletsier. « Selon la maturité du projet, on va proposer divers ateliers, pour les personnes qui ne se sont jamais lancées comme indépendants, ou du coaching en ligne, si le projet est déjà très avancé, avec un coach disponible via chat, téléphone ou sur rendez-vous. On voit des gens s’épanouir après être sortis de situations professionnelles qui ne leur convenaient pas, en testant des choses qui les enthousiasment et leur permettent de retrouver confiance en eux. Même si cela n’aboutit pas nécessairement sur le lancement d’une activité indépendante ou la création d’une entreprise, cela leur permet parfois de se réconcilier avec le patronat et le travail en entreprise. »

Le second de ces Starter Days se tiendra le mercredi 30 novembre à la Bibliothèque communale de La Bouverie. Et le dimanche 27 novembre, le Cowor-Cœur, espace de coworking installé dans l’ancienne église du Sacré-Cœur de Frameries, s’ouvrira à un « Marché des Avomarciens » où 23 entrepreneurs, sur les 60 en test chez Avomarc, rencontreront le public pour montrer les produits et services qu’ils développent.

« Est-ce que j’ai ça en moi ? »

À Charleroi, avec le projet Gen-Z, la Saace jecréemonjob.be s’adresse directement à la génération Z, aux 18-29 ans. Ici, on démarre en amont du projet pour se poser la question : « Est-ce que j’ai ça en moi ? Est-ce que je me sens de lancer mon projet, de devenir mon propre patron ? » Pendant une semaine, ces jeunes prennent part à des activités variées, des rencontres, des partages, des conseils, des astuces, des mises en situation et jeux de rôles, des exercices pour développer leur profil, leur réseau, leur créativité, leur motivation… et pour gérer le stress.

L’emblématique Nicolas Buissart (Charleroi Adventure) les entraîne aussi dans son Safari Urbain pour leur faire découvrir les lieux et outils de l’entreprenariat carolo, comme le Comptoir des Ressources créatives (CRC), Charleroi Entreprendre, le Bureau du commerce… « L’idée est de leur montrer qu’il y a plein de ressources sur leur territoire pour les aider », souligne Delphine Van Lersberghe, directrice de jecréemonjob.be

À l’issue du programme de cinq jours et de rencontres avec un conseiller, les jeunes ont un diagnostic de leur projet. 

Les 12 SAACE wallonnes ne manquent pas d’idées pour encourager l’entrepreneuriat. En 2021, 2433 porteurs de projet ont été accompagnés et 772 d’entre eux ont bénéficié d’un test. 566 nouvelles entreprises ont été créées, dont 391 activités à titre principal.

article généraliste