Air conditionné: ennemi des employés de bureau?

Publié :

Le véritable air conditionné sert à maintenir, de manière assistée, plus ou moins constante, la température, l'humidité de l'air, la vitesse de l'air et son renouvellement. Ce contrôle des paramètres climatiques permet, en principe, quelles que soient les conditions climatiques extérieures, de maîtriser l'environnement intérieur. Cependant, malgré ces avantages apparents, beaucoup de plaintes sont imputées au conditionnement d'air qui a, généralement, auprès des travailleurs, assez mauvaise presse.

Quelles sont les causes les plus fréquentes de ce mécontentement et quelles peuvent être les solutions pour y remédier ?

Sécheresse de l'air

Fréquemment, l'on remarque que l'air, dans les locaux conditionnés, est trop sec (humidité relative souvent inférieure aux 40% préconisés par la législation). Ceci est dû à  une raison technique et survient plus généralement en hiver : durant cette période, l'on chauffe généralement l'air extérieur et, de ce fait, l'on diminue l'humidité relative s'il n'y a pas d'adjonction d'eau par un humidificateur. Mais, chauffer de l'air humide coûte plus cher que chauffer de l'air sec et, pour d'évidentes économies budgétaires, l'on n'humidifie pas - ou pas suffisamment - l'air entrant. Mais, une humidité relative inférieure à  45% peut entraîner un dessèchement des voies respiratoires - et favoriser certaines affections - et augmenter le risque d'électricité statique. La solution est d'obtenir, au moins, 40% d'humidité relative dans les locaux de travail.

> Voir aussi : Fait-il trop chaud pour travailler?

Courants d'air

Le phénomène de courant d'air est imputable à plusieurs phénomènes :

- En été, pour refroidir suffisamment les locaux, l'on doit injecter beaucoup d'air et qui est souvent à une température assez basse (il n'est pas rare de mesurer, aux bouches de pulsion, de l'air à  14-15°C, éjecté à  1,5 à  2 mètres par seconde !). Si l'on travaille à  proximité des bouches de pulsion, cela peut, localement, créer des courants d'air (vitesse élevée) désagréables (perception du froid).

La solution est double : orienter les grilles de manière à ne pas envoyer l'air froid vers les postes de travail et accepter que l'air ambiant soit moins rafraîchi. Si, à  l'extérieur l'on a 30°C, pour avoir, à  l'intérieur 20°C, l'on doit, inévitablement introduire de l'air à  14 ou 15°C !! Un air conditionné n'est généralement conçu que pour offrir une différence de température de maximum 10°C entre l'intérieur et l'extérieur.

- Une vitesse de l'air différente à deux endroits du corps sera perçue comme très désagréable. Ceci explique les plaintes imputables aux courants d'air sous les portes (et n'agissant que sur les pieds) et en provenance des bouches de pulsion à  hauteur fenêtres (n'agit que sur les bras) ou au plafond (n'agit que sur la tête et le cou). La solution est d'avoir des bouches de pulsion éjectant vers les fenêtres - et non le personnel - ou pratiquement parallèlement au plafond - et non directement vers le bas.

> Quels droits pour les travailleurs en cas de chaleur excessive?

Plaintes imprécises

Ces plaintes regroupent des maux de tête, des irritations des yeux et des muqueuses, de la toux, etc. En plus des phénomènes déjà  évoqués ci-dessus, il convient d'être attentif à  l'entretien du conditionnement d'air :

- L'eau servant à l'humidification de l'air peut être contaminée par des bactéries, des champignons et autres micro-organismes. Ces micro-organismes peuvent être diffusés dans l'ensemble des locaux si l'on n'y fait pas attention. Il faut donc prévoir un entretien régulier (au moins une fois par an) un nettoyage de ces réserves d'eau - voire une désinfection - et un remplacement de l'eau combinée à  un bon détartrage (le calcaire sert de " refuge " aux micro-organismes et favorise leur développement).
- De même, les filtres qui servent à  retenir les poussières doivent être dépoussiérés et nettoyés régulièrement voire être remplacés s'ils sont trop encrassés et / ou déchirés.
- Les bouches de pulsion seront également nettoyées et dépoussiérées au minimum une fois par an.

> Tenues d’été au bureau: les faux pas à éviter

Ouverture des fenêtres

Techniquement, pour ne pas dérégler le système de conditionnement d'air, les fenêtres des locaux conditionnés sont généralement fermées. L'absence de " maîtrise " sur son environnement a, indéniablement, un aspect psychologique négatif sur le ressenti du personnel. Cette situation est très difficile à  résoudre mais peut être partiellement neutralisée si le système est bien conçu et bien entretenu ce qui devrait, normalement, réduire ce type de plainte.

" Pour qu'un air conditionné ne pose pas de problème, il faut qu'il ait été correctement conçu et fasse l'objet d'un programme de maintenance rigoureux et régulier " conclut Jean-Louis Claisse, conseiller en prévention - ergonome chez Arista.

Retour à la liste