American dream

Rédigé par: Laurence BRIQUET
Date de publication: 14 déc. 2023
Catégorie:

Il y a une vingtaine d’années, Maureen Heymans faisait ses valises pour s’installer en Californie où elle travaille pour le géant Google. Une entreprise qui lui faisait déjà de l’oeil à la fin de ses études….

Maureen heymans google

La Californie, ça en fait rêver plus d’un. Maureen Heymans, originaire de Waterloo, a décidé de transformer son rêve en réalité puisqu’elle y vit depuis 22 ans. « J’ai fait des études d’ingénieur civil à Louvain-la-Neuve. C’est d’ailleurs à cette époque que j’ai rencontré mon mari qui est ingénieur en électromécanique », explique-t-elle. « Pendant mes études, je suis partie une année dans l’Oklahoma. A mon retour, un copain nous a parlé d’une bourse pour étudier à l’étranger. Nous avons postulé en Californie et voilà comment, avec mon mari, on s’est retrouvé, moi à Santa Barbara et lui, à Stanford ».

Une fois son master en poche, Maureen postule chez Google. « J’avais fait mon travail de fin d’études sur les moteurs de recherche et cette entreprise est connue notamment pour l’analyse des données. J’y ai passé une interview mais je n’ai pas été prise », poursuit-elle. Qu’à cela ne tienne, le jeune couple choisit alors de rester en Californie. « On avait décidé que la ville où on s’installerait serait celle où le premier de nous deux trouverait du travail ».

Mieux apprendre
Voilà donc le couple qui décide de se poser près de San Francisco. « J’ai travaillé dans une start-up puis j’ai décidé de respostuler chez Google et ça fait 20 ans que je suis là », poursuit Maureen. « J’ai travaillé dans le ranking puis dans d’autres projets. Quand la pandémie est arrivée, les enfants sont restés longtemps à la maison. On a testé l’apprentissage par projets (NDLR : elle est maman de deux garçons qui ont, aujourd’hui, 11 et 13 ans) et je me suis davantage investie dans le learning. Chez Google, mon travail a d’ailleurs évolué en ce sens, avec notamment Google Classroom pour aider à mieux apprendre ». Il y a un an, son job a encore évolué, incluant, cette fois, un aspect « sustainability ».

Stimuler les talents
L’entreprise est réputée pour prendre soin de son personnel, avec des locaux super modernes et accueillants. « C’est vrai que l’entreprise gâte pas mal ses employés. On a une super cafétéria, des mini cuisines, des fruits, des snacks à disposition, des salles et des cours de gym, des massages et même des médecins si on a besoin. Et puis, il y a moyen de rejoindre de nombreux clubs de passionnés : de musique, d’échecs… On peut partager sa passion ou apprendre. C’est vraiment une super ambiance et ce que je trouve génial, ce sont tous les talents qu’il y a. On a toujours l’impression d’apprendre, au contact de gens passionnants et intelligents. Google encourage aussi beaucoup l’innovation : on peut passer 20% de notre temps à explorer une idée. C’est une entreprise qui encourage la collaboration et qui a réussi à créer une culture particulière. On ne vient pas juste pour un boulot. C’est une entreprise qui est orientée vers l’éducation et qui a un impact sur la société ».

De retour en Belgique
A l’heure actuelle, le couple est de retour en Belgique pour une année.  Maureen est en mission temporaire auprès de Google Belgique. « On avait envie de montrer autre chose que la Californie aux enfants. On avait pensé au Japon et, finalement, on a opté pour la Belgique, ce qui nous permet de les connecter à la famille, aux amis, à nos racines ». De plus, avec le travail possible à distance, le couple peut continuer à bosser pour son employeur, même à plusieurs milliers de kilomètres. « Mon mari travaille sur les voitures autonomes tandis que, de mon côté, je m’occupe notamment d’une récente acquisition de Google en Croatie. Je m’y rends une fois par mois. On travaille sur les fuseaux horaires américains mais on a la chance que nos patrons nous ont laissé partir vivre cette expérience d’un an ».

Enfin, si elle avait un conseil à donner à des étudiants qui rêvent d’une telle expérience ? « Ce serait de s’ouvrir, de découvrir d’autres cultures et d’autres façons d’apprendre. Beaucoup de programmes le permettent et c’est une expérience incroyable de partir à l’étranger, dans un monde qui bouge continuellement. Ma philosophie, c’est de suivre ses passions. C’est ce qu’on a fait. On est heureux de revenir un an en Belgique mais on adore la Californie et sa nature sauvage que nous apprécions beaucoup », conclut-elle avec du soleil dans le regard.

Maureen heymans google  [square]

Maureen Heymans et sa famille