Attirer en faisant vivre une expérience: la nouvelle tendance?

Rédigé par: Pauline Martial
Date de publication: 13 mai 2019
Catégorie:

CV

De nombreuses entreprises recrutent actuellement en masse. Sur un marché du travail où beaucoup de secteurs sont en pénurie, elles peinent toutefois de plus en plus à embaucher de nouveaux candidats. Quelles stratégies mettent-elles en place?

 HR Rail recherche, cette année, pour la SNCB, pas moins de 1.400 collaborateurs dont 360conducteurs de train, 300 accompagnateurs de train et 140 techniciens d’entretien et de maintenance. L’enseigne Delhaize annonçait, elle, en avril dernier, vouloir recruter 1.000 nouveaux collaborateurs. Autant d’exemples qui illustrent les besoins de main-d’œuvre importants de ces entreprises, qui doivent cependant procéder au recrutement de candidats dans un marché du travail de plus en plus tendu.

«Il n’est pas toujours évident de trouver les bons candidats pour certains postes. D’une part, il n’y a pas assez de candidats qui possèdent les compétences requises pour combler les lacunes laissées par leurs prédécesseurs à la retraite. D’autre part, nous avons des conditions de travail spécifiques, comme le travail de week-end, qui ne conviennent pas à tout le monde. Ajoutée à cela, une concurrence féroce se joue avec d’autres entreprises pour attirer des talents spécifiques. Chez nous, ce sont principalement les postes de store managers et team leaders qui sont les plus difficiles à trouver», confie Karima Ghozzi, porte-parole de Delhaize Belgique. Autre entreprise mais même constat à la SNCB: «Les profils techniques sont très recherchés et en pénurie. Nous avons aussi des difficultés à recruter des candidats possédant une maîtrise des différentes langues nationales, notamment pour les accompagnateurs de train», commente Marie-Anne Bury, coordinatrice communication chez HR Rail.

Un nombre important de postes vacants

Le premier défi de ces entreprises? Le nombre important de postes vacants, bien sûr, et la nécessité de pouvoir recruter de nouveaux collaborateurs en suffisance. Alors, quelle stratégie adopter pour assurer un tel recrutement dans le contexte actuel du marché du travail? Face à cette «guerre des talents», Delhaize choisit de se concentrer sur les forces des candidats. «Nous pensons en termes d’attitudes, de potentiel et de talent dans la sélection pour étendre notre groupe cible. Cela commence par un dialogue ouvert avec le candidat dans lequel ses motivations sont identifiées. Nous pouvons ensuite enseigner nous-mêmes les compétences techniques qu’il ne maîtrise pas grâce à notre offre de formation étendue», explique Karima Ghozzi. Une solution pour laquelle opte également la SNCB afin de pallier la méconnaissance des langues des candidats. «Nous avons développé des partenariats de formation en préparation du recrutement avec le Forem, Actiris et le VDAB pour faire en sorte que nos candidats soient mieux formés aux langues de notre pays», affirme Marie-Anne Bury.

Différentes campagnes en ligne et sur les réseaux sociaux sont également massivement utilisées tant par Delhaize que par la SNCB. Mais les deux entreprises investissent aussi de plus en plus dans des méthodes de recrutement plus innovantes. «Nous organisons des événements en soirée pour rencontrer des candidats à l’agenda souvent déjà bien chargé. Ces soirées se déroulent comme suit: elles débutent avec un petit mot d’explication sur Delhaize et le contenu de la fonction. Ensuite, nous évoquons l’avenir du secteur de la distribution. Après quoi nous organisons une table ronde animée par un journaliste sur la vie d’un store manager. En fin de soirée, les personnes intéressées ont l’occasion de nouer des contacts avec des store managers actuellement en fonction ainsi qu’avec un district et un HR manager en mode speed dating. Nous organisons ensuite un second entretien pour les candidats dans les jours qui suivent l’événement de manière à ce que ceux-ci reçoivent une réponse finale et un feed-back clair dans les plus brefs délais», développe Karima Ghozzi.

Avec «Meet & Greet Train», la SNCB propose pour sa part aux candidats accompagnateurs de train de monter à bord d’un train qui sillonne la Belgique. «Pendant le voyage, les candidats peuvent découvrir le métier au travers d’un jeu, mais également en posant toutes leurs questions à des accompagnateurs déjà en fonction. À l’arrivée, ils peuvent directement passer les premières épreuves de sélection.» La SNCB joue également la carte de l’expérience avec un «Escape Train», autrement dit un escape game à bord d’un train, qui permet aux candidats conducteurs de train de découvrir le métier de manière ludique avant de postuler.

Dans la même veine, l’enseigne Delhaize utilise, elle, un atelier/concours de cuisine. «Le but est de mettre nos collaborateurs potentiels en situation et d’analyser leur comptabilité avec notre marque. C’est un moment d’échange plus informel au cours duquel nous révélons plus en détail ce que Delhaize a à offrir aux candidats», affirme Karima Ghozzi. Plus que les appels à candidature classiques, les entreprises miseraient donc de plus en plus sur le vécu d’expériences pour attirer un plus grand nombre de candidats.

>> Découvrez toutes nos offres d'emploi