Augmentation salariale: êtes-vous concerné?

Publié : lundi 6 février 2017 Par

Le salaire des Belges devrait augmenter en moyenne de 4% d’ici deux ans, relayait samedi matin l’Écho. Serez-vous concerné?

Lundi dernier, le SPF Économie a annoncé que l’inflation belge s'élève à 2,65% en janvier 2017. Un record dans la zone Euro. Elle avait déjà franchi le seuil de 2% en décembre 2016. De tels chiffres laissent entrevoir une possible indexation automatique des salaires à court ou moyen terme (en fonction du type d’emploi et du type de secteur).

> Voir aussi : Les 20 secteurs qui rapportent le mieux en Belgique

Jeudi dernier, l’accord interprofessionnel (AIP) a été signé par tous les partenaires sociaux: il prévoit une possible hausse salariale de 1,1%, hors indexation et hors augmentation barémique pour les années 2017 et 2018. Il tient compte de la nécessité de conserver la compétitivité des entreprises belges.

Avec une norme salariale établie à une augmentation maximale de 1,1% (qui s’applique aux travailleurs du secteur privé) et une inflation attendue à 2,0%, les salaires des Belges pourraient augmenter jusqu’à 4% sur les deux années à venir.

Voir aussi : Serez-vous impacté par les mesures pour l’emploi en 2017?

Mais qui obtiendra une augmentation salariale?

L’AIP ne signifie pas que tous les travailleurs toucheront 1,1% de salaire en plus. C’est le coût salarial moyen par travailleur qui peut augmenter selon cet ordre de grandeur au cours des deux prochaines années, explique Jean-Luc Vannieuwenhuyse, expert juridique chez SD Worx, un gestionnaire de ressources humaines. Ainsi, certains employés pourraient bénéficier d’une augmentation de 2% tandis que d’autres ne profiteraient que d’un bonus de 0,5%, voire de rien du tout.

Ce qui est important de comprendre, c’est que c’est un maximum et que surtout, il n’y a aucune obligation pour un secteur et/ou pour un employeur d’accorder une telle augmentation”.

Certains secteurs ont déjà annoncé qu’il y avait très peu de chance que cette hausse maximale des salaires de 1,1% soit mise en application. “Cet accord entame le potentiel concurrentiel des entreprises graphiques”, affirme par exemple Febelgra, la Fédération professionnelle de l’industrie graphique. Fedustria, la fédération de l’industrie textile, du bois et du meuble, considère aussi cet AIP trop cher et l’a rejeté.

> Découvrez toutes nos offres d'emploi en 2017 ! 

Retour à la liste