Avec ses Stages-IT, le MIC bouscule les codes

Atypique et ouvert aux non-diplômés, le MIC Brussels forme dix demandeurs d'emploi à la tectonique du « code ». Discriminés sur le marché du travail, ils préfèrent s'attaquer au futur pour y jouer un rôle décisif. En trois mois, ils peuvent devenir des génies de la programmation.

Une nouvelle élite est en train d'émerger, avec pour arme la maîtrise des nouvelles technologies. Pourtant, ses membres ne sont pas des cyborgs nés avec un smartphone greffé à la main. Ni des privilégiés, nés avec une cuiller d'argent dans la bouche. À 28 ans, Farid Elkhabbaby a joué tous les rôles. Étudiant en économie, magasinier, chômeur, serveur de café, chômeur récidiviste… Avant de s’inscrire à un cours d’informatique de gestion, en promotion sociale.

Cette année, il me fallait absolument un stage, explique-t-il. Mais avec un parcours rythmé d’erreurs d’orientation, trouver quelque chose de plus gratifiant que de devoir servir le café, ce n’est vraiment pas évident. Instant karma, Farid s’inscrit au programme Stage-IT, proposé par le Microsoft Innovation Center, situé à Bruxelles. À la clé : quinze semaines de formation intensive et gratuite, un stage formateur, pas de diplôme à la sortie, mais trois certifications. J’ai directement été catapulté sur le terrain, chez Swinguru, une startup spécialisée dans l’apprentissage du golf, explique Farid. Derrière un écran, une caméra 3D et un ordinateur, un logiciel enregistre et analyse le swing en temps réel et permet ainsi au joueur de corriger les erreurs qu'il commet. Un système dont la facilité d'utilisation n'a d'égale que la complexité technologique qui la sous-tend. Sans jamais avoir été codeur, on m’a confié un méga projet : implémenter la partie « user management », glisse Farid. Comprenez l’expérience utilisateur.

Antoine Termonia, 32 ans, s’est vu carrément proposer un emploi : La startup dans laquelle je suis stagiaire développe une application pour coordonner le suivi de patients, centraliser leurs données médicales et leur permettre d’interagir facilement avec leurs médecins, explique Antoine. Pour le moment, je développe le sociogramme de l’appli, c’est-à-dire l’interface graphique qui montre toutes les interactions qu’a le patient.

Lancé voici quatre ans, d’abord à Mons puis à Bruxelles, le programme Stage-IT a été mis en place par le Microsoft Innovation Center en collaboration avec l’UCM (Union des classes moyennes). L’idée de départ : permettre aux étudiants bacheliers en informatique de trouver plus facilement un stage vraiment formateur. Mais pour la première fois cette année, le MIC Bruxelles collabore avec Evoliris et Beci. Avec pour but d’étendre le concept aux demandeurs d’emploi dans le cadre d’une formation certifiante.

Beaucoup de startups cherchent des stagiaires, mais elles n’ont ni le temps ni les moyens de les former, explique Pénélope Roux, Operational Director du MIC Bruxelles. Ici, l’encadrement des stagiaires est mutualisé. Ils passent la moitié de leur temps au sein du MIC et le reste en entreprise. Conséquences de l’approche de l’école : pas de cours, pas de profs, mais un « super coach ». Avec un programme à tenir, tout de même : toutes les deux semaines, le travail des stagiaires est découpé en objectifs. Ils travaillent par sprints, selon une méthode itérative.

Chaque projet permettant de maîtriser un nouveau savoir informatique, confie Pierre Mangal, développeur professionnel et coach auprès du MIC. Au-delà d’URL, les stagiaires sont aussi et surtout dopés en soft skills, peu enseignées dans le cursus scolaire. On leur apprend à écouter et comprendre les besoins du patron, à communiquer aussi avec des non-techniciens, poursuit Pierre Mangal. À la fin du stage, une batterie de tests et d’ateliers leur sont proposés pour faciliter leur mise à l’emploi : simulations d’entretiens, rédaction d’un « CV pour développeurs », quizz techniques… L’IT, c’est encore le seul domaine dans lequel on peut se construire en peer-to-peer. La demande est telle qu’il ne faut pas un diplôme de Harvard pour percer, explique le coach. Être hacker, codeur ou développeur peut vous mener en haut de l'échelle. Même si vous sortez de nulle part. Ou presque.

 

15 semaines

C’est la durée des Stages-IT. De septembre à décembre, les étudiants sont en alternance au MIC Brussels deux jours par semaine, trois jours dans l’entreprise. Ils sont coachés par un développeur professionnel .NET du MIC Brussels.

1 sur 2

Sur les quatre premiers cycles de stage, quelque 60 étudiants ont été encadrés. Cette année, 50 % des stagiaires ont trouvé un emploi ou reçu une proposition, et 50 % ont été contactés pour passer un entretien.

16 heures

C'est la durée du Superhackathon organisé par le MIC et HUB Brussel ce 15 novembre. Ce marathon de codage a réuni des développeurs amateurs ou chevronnés. Leur objectif : développer des applications, en un temps record, avec le support de coachs du MIC et Microsoft.

 

Retour à la liste