Beaucoup d’entreprises subissent l’absentéisme plutôt que d'y remédier

Publié : mercredi 4 octobre 2017 Par

Plus d’une organisation sur deux (55%) déclare ne pas connaître son pourcentage d’absentéisme, révèle une étude publiée par Mensura, le spécialiste en prévention, sécurité et santé. À peine une sur trois a élaboré des procédures et des accords en matière d’absentéisme et moins de la moitié des entreprises de l’échantillon qui ont une politique de prévention et de protection au travail établissent un lien avec la politique d’absentéisme.

Les entreprises laissent encore passer trop d’opportunités de lutte contre ce problème. Cette étude de Mensura montre que seule une petite minorité d’entre elles réagissent en mettant en oeuvre des procédures et des accords, et en offrant des possibilités de travail adapté. Mieux comprendre l’absentéisme aide les organisations à élaborer une politique préventive, destinée à mieux garantir le bien-être des collaborateurs et réduire les coûts de l’absentéisme. Car l’absentéisme coûte énormément d’argent aux entreprises.

Les résultats concernant le vécu du stress au travail sont loin d’être positifs. Plus de la moitié des travailleurs indiquent être moyennement à très stressés par leur travail. Près d’un sur quatre déclare ne parfois pas pouvoir ou ne jamais pouvoir gérer de manière saine son niveau de stress. 78% déclarent que le travail entraîne parfois ou souvent une contrainte mentale.

8 astuces pour améliorer votre équilibre travail et vie privée.

« Les conditions de travail et les facteurs qui influencent la santé physique et mentale des collaborateurs ont un impact direct sur les chiffres de l'absentéisme, commente Gretel Schrijvers, directeur général de Mensura. C’est surtout au niveau de la gestion du stress, qui entraîne souvent les burn-out, qu'il reste énormément à faire.

> À la recherche d'un nouveau challenge professionnel? Découvrez plus de 1.400 jobs à pourvoir !

Retour à la liste