Belgacom : "Nous offrons le must technologique… et la sécurité"

Quelque 900 nouveaux collaborateurs : tel est le volume des recrutements effectués en 2011 par Belgacom, l'opérateur " historique " des télécoms en Belgique. " Si on y ajoute les 1 200 mutations internes qui ont bénéficié à  nos collaborateurs existants, cela donne une bonne idée des opportunités générées par notre dynamisme ", se réjouit Jean-Marc Verbist, VP Human Capital du groupe dont les effectifs, malgré tout en légère décroissance, s'élèvent à  16 000 personnes.

Les compétences-clés ? " En sus des fonctions classiques dans la finance, le marketing et les ressources humaines, entre autres, nous engageons beaucoup de profils directement dédiés à  la vente par le biais de nos boutiques ou de notre call center, des techniciens bien entendu mais aussi et surtout, de par notre activité, énormément de collaborateurs labellisés ICT ", poursuit Jean-Marc Verbist. " C'est évidemment dans ce domaine que la guerre des talents est la plus active. Les procédures de recrutement y sont plus complexes, plus longues, plus originales aussi. "

Afin d'élargir son vivier à  long terme, l'entreprise a noué des partenariats avec des écoles techniques, avec visite du siège central à  la clé, et s'active à  plus court terme sur les réseaux sociaux - un canal très prisé par les profils recherchés.

Les avantages mis en exergue ? " Nous brassons toutes les technologies disponibles dans le domaine de la téléphonie ou de l'internet fixes ou mobiles mais aussi dans la sphère des médias via Belgacom TV, entre autres : 80 % de notre chiffre d'affaires actuel est généré par des produits et services qui n'existaient pas il y a quinze ans ", souligne le responsable RH. " Pour un jeune qui aime la technologie, c'est évidemment très attractif. D'autant que nous investissons beaucoup dans la formation avec nos propres académies internes, ce qui est d'ailleurs de nature à  séduire aussi des candidats plus expérimentés. "

Le groupe n'hésite pas non plus à  afficher sa solidité financière, gage de sécurité et de pérennité à  long terme, et souligne que son centre de décision reste bien ancré en Belgique, actionnariat en partie public oblige. " Dans le contexte actuel, ce sont des arguments qui peuvent porter ", estime Jean-Marc Verbist qui reconnaît cependant que l'entreprise doit poursuivre ses efforts de communication afin de persuader de son dynamisme et de ses perspectives celles et ceux qui ont encore à  l'esprit l'image un peu lourde qui fut celle de l'opérateur historique.

Quant au package salarial, on l'estime chez Belgacom en ligne avec le marché, voire " plus attractif " si on inclut les avantages en nature qui y sont associés - produits et services de l'entreprise, service de garde d'enfants, assurances diverses, voiture de société pour certaines fonctions, etc.

On notera enfin que l'entreprise attire chaque année vingt-cinq jeunes à  " haut potentiel " qui ne sont pas recrutés pour exercer une fonction vacante mais au contraire intégrés dans un programme de formation de dix-huit mois par le biais duquel ils peuvent tester trois départements et " booster " leur début de carrière. Si vous êtes intéressé(e), rendez-vous sur www.the25.be, notamment...

Retour au dossier champions du recrutement

Retour à la liste