Boom du digital : quels sont les métiers les plus prisés ?

Rédigé par: M.V.
Date de publication: 23 mai 2020

La crise liée au coronavirus et les mesures qui en découlent ont provoqué un recours massif au digital dans le monde du travail. Selon une étude menée par Dell, 85% des métiers de 2030 n’existent pas encore. La majorité concerne le digital. Quels sont les métiers du digital les plus porteurs ?

digital

1. Chef de projet digital

Un poste de plus en plus prisé au sein des entreprises. Il a pour but d’élaborer la stratégie de communication sur internet. Il est responsable de la création, de la mise en oeuvre et de la gestion de projets. Il cumule donc des connaissances techniques et marketing. 

2. Développeur web

C’est un métier qui a pris de l’ampleur pendant la crise, notamment pour venir en aide aux secteurs les plus touchés. Le développeur web s’occupe de la partie technique des sites internet et des applications mobiles. Il est à l’origine de la conception de sites sur mesure. Il crée des lignes de codes avec texte, images et son. Il assure également toute la maintenance technique et corrige tout problème. 

>> A lire aussi : Le secteur du numérique au secours de la crise

3. Community manager

Le community manager d’une marque ou d’une entreprise est chargé d’assurer leur présence sur les réseaux sociaux. Il gère une communauté d’internautes, produit du contenu sur différentes plateformes. Il veille à la réputation « digitale » et modère les différents commentaires. 

4. Data scientist 

Il se charge de l’analyse et de la gestion de big data (données massives). Il possède de grandes connaissances en mathématiques, en statistiques et en informatique et traite les données d’une entreprise pour en extraire les plus pertinentes. Il fait donc partie intégrante de la stratégie de l’entreprise. 

5. Growth hacker

Le métier de growth hacker est encore peu connu chez nous. Le terme « growth hacking » provient des Etats-Unis et désigne « la capacité d’une start-up à accéder sa croissance et son financement grâce aux pratiques de marketing digital innovant », comme le définit le site Clémentine. Le growth hacker a une fonction très large, à la frontière du développeur web et du marketing. Il se charge du webdesign, de la rédaction de contenu, du développement ou encore de l’analyse du trafic web. 

>> Retrouvez toutes nos offres d’emploi