Brice Le Blévennec (Emakina) : " Si vous échouez, recommencez "

Brice Le Blévennec (45 ans), Chief Visionary Officer, Emakina

Brice Le Blévennec est directeur exécutif de l’agence de communication Emakina depuis 2001. Spécialiste reconnu de l’internet, “serial entrepreneur” (Emakina, ContactOffice, Tunz.com, Ex Machina TV, …) et investisseur occasionnel (Zingle, Objekten, Kwarter, …).

Chaque jour de septembre, Références pose dix questions à un CEO belge de renom à propos de sa vision du futur, de son secteur et de sa carrière. Aujourd'hui: Brice Le Blévennec, directeur exécutif d'Emakina.

1. Selon vous, quelles sont les cinq fonctions qui ont de l’avenir dans votre secteur? Pourquoi ?

"Digital planner, parce que le digital devient de plus en plus complexe, que cette intelligence a une grande valeur et que ces profils sont rares.
Developer iOS et Android, parce que les smartphones et tablettes prennent de plus en plus de temps dans le quotidien des utilisateurs et qu’il faut créer des contenus pour les alimenter.
Gamification consultant, parce que les jeux vidéo ont influencé les prochaine génération au points que toutes les entreprises et tous les processus vont utiliser les techniques issues de cette culture pour motiver les utilisateurs.
Experience Designer, parce que le modèle de consommation de notre civilisation évolue de la possession d’objets matériel vers l’expérience, de plus en plus immatérielle, et qu’il faut des concepteurs pour ces nouvelles sources de valeur ajoutée.
Analysts, parce qu’avec la digitalisation de tous les processus, on génère d’énormes quantité de données que l’on peut transformer en insights source de grande valeur ajoutée si on arrive a les consolider et analyser."

2. Quels profils sont les plus adaptés pour exercer ces fonctions ?

"Digital planner : des marketeers avec une passion pour le digital et des compétences en sociologie.
Developer iOS et Android: des informaticiens avec une passion pour les gadgets.
Gamification consultant: des autodidactes avec une compétence en psychologie.
Experience Designer: des designers avec des compétences en ergonomie.
Analyst: des statisticiens avec une compétence en sociologie, business."

3. Peut-on trouver sur le marché du travail suffisamment de personnes avec ce profil ? Ou y a –t-il pénurie de talents ?

"Il y a pénurie de talents."

4. L’enseignement belge prépare-t-il assez les étudiants à ces jobs qui ont de l’avenir ?

"Oui sur les compétences fondamentales mais pas sur la spécialisation. Les formations restent trop théoriques et pas assez pragmatiques."

5. Quelles sont les principales tendances dans votre secteur? Et les défis ?

"La tendance est à la révolution numérique de la communication et à la transformation de l’informatique vers l’informatique mobile. Les défis sont de forger de grands champions nationaux qui vont tirer tout un écosystème de petites entreprises innovantes derrière eux qui nourrissent les talents afin de les garder en Belgique. Emakina essaye d’être l’un de ces champions nationaux."

6. Dans votre marché, où se situe le potentiel de croissance ?

"Dans l’innovation, particulièrement grâce aux nouvelles technologies mobiles, et aux media sociaux."

7. Quel projet ou défi votre entreprise doit-elle encore réaliser pour 2020 ?

"Devenir le champion belge dans les grands acteurs européens du secteur de la communication."

8. Quelle est la plus grande erreur que vous avez faite lors de votre carrière ?

"Je ne parle que français et anglais, je regrette de pas maitriser 3 ou 4 langues de plus."

9. Selon vous, quel est la pire conséquence de la période de crise que nous traversons depuis quelques années ?

"Un ralentissement dans les investissements stratégiques des entreprises."

10. Quel conseil donneriez-vous aux jeunes qui se lancent sur le marché du travail ?

"Ne travaillez jamais. Trouvez votre passion. Soyez autodidacte. On peut tout apprendre online bien plus vite qu’en faisant des études. Avec un ordinateur à 500 euros et une simple connexion Internet vous pouvez lancer vos projets vous même. Si vous échouez ce n’est pas honteux. Recommencez. Lorsque vous ne pouvez plus avancer seul, trouvez des associés. Lorsque vous n’avez plus les moyens financiers, trouvez des investisseurs ou adossez votre projet a une entreprise, ou vendez... Si vous n’en êtes pas capable, cherchez un emploi, avec un diplôme c’est bien, avec une passion c’est mieux, avec du talent c’est très facile."

Retour à la liste