Candidats excentriques. Devriez-vous les engager?

Hier, nous vous parlions de ces travailleurs excentriques qui rivalisaient d’imagination pour donner leur démission de façon originale. Régulièrement, les candidats « extrêmes », prêts à tout pour décrocher un job, font le buzz sur la toile.

Ces méthodes sont-elles réellement efficaces ? Nous revenons sur certains candidats… et sur ce qu’ils sont devenus.

L’Extreme Job Hunter

Vous avez peut-être déjà entendu parler de Daniel Conway, ce Britannique de 28 ans qui s’est lui-même surnommé le « Extreme Job Hunter ». Au total, il a accompli 17 coups d’éclat pour attirer l’attention des recruteurs, allant du déguisement en Batman à la livraison de pizza à un recruteur, en passant par sa propre mise en vente sur eBay. Il cherche un emploi depuis le mois de mars… en vain, jusqu’à présent. Il persiste toutefois à considérer sa méthode comme fructueuse :

« J’ai réalisé 17 coups d’éclat et ai réussi à décrocher 10 interviews grâce à cela. C’est beaucoup plus que ce que je n’obtenais en envoyant des CV partout. » Daniel Conway a donc réussi à s’inviter à des nombreux entretiens. Beau succès en effet. Mais pourquoi ceux-ci n’ont-ils pas encore débouché sur une embauche effective ? Conway avance une hypothèse : « Je ne suis pas vraiment doué en matière d’entretien. Je pense que l’une des raisons pour lesquelles je n’ai pas encore décroché de job tient à la pression que l’on endure pendant une demi-heure au cours de laquelle on vous bombarde de questions, tandis que vous essayez de trouver ce qu’ils veulent que vous répondiez. » 

Marina Shifrin démissionne en vidéo

Marina Shifrin fait également partie de ces candidats excentriques. Nous vous racontions comment elle avait démissionné en vidéo, se plaignant avec ironie de son boss, uniquement focalisé sur le nombre de vue des vidéos de l’entreprise. Or, sa vidéo de démission a enregistré plus de 10 millions de vue en 5 jours. Elle a donc réalisé de bons résultats pour sa dernière vidéo.

Aujourd’hui, elle continue de faire le buzz et est invitée sur les plateaux de télévision. Et pourquoi pas ? Sa vidéo est bien faite, a attiré les foules et démontre ses compétences.

Voudriez-vous engager une claqueuse de portes ?

Mais voudriez-vous engager quelqu’un qui serait prêt à démissionner en faisant un tel foin ou à se déguiser en Batman pour vous rencontrer ? Est-ce une bonne chose pour votre entreprise ? Peut-être ne voudriez-vous pas prendre le risque d’engager quelqu’un qui quittera votre entreprise de la sorte, ternissant votre image auprès de dizaines de millions d’internautes (même si, il faut le dire, la réaction du boss de Marina Shifrin a créé le buzz à son tour et lui a donc fait un bon coup de publicité). Et peut-être tous vos clients ne souhaitent-ils pas être accueilli par Batman.

Entreprise en collet monté

Tout dépend en réalité de la nature de votre entreprise. Si vous gérez une compagnie en collet monté, qui a affaire à des clients à cheval sur l’étiquette et les traditions, la réponse est sûrement : surtout pas ! Ce genre de comportements n’est pas approprié pour ce type d’entreprise.

Mais ce genre de candidats s’intégrerait bien dans de nombreuses compagnies. Et ils représentent un avantage supplémentaire : vous en savez déjà pas mal sur leur personnalité, avant même de jeter un œil à leur CV.

Certains vont diront que tout cela importe peu finalement, et que vous ne devez pas tenir compte de ce qui se passe sur Internet. Rien de plus faux, évidemment. Nous savons à quel point les réseaux sociaux peuvent jouer un rôle dans le monde du travail. Or, certaines entreprises pourraient s’épanouir en engageant des gens comme Conway et Shifrin, tandis que d’autres en pâtiraient sérieusement. Quel genre d’entreprise dirigez-vous ?

Entreprise… entreprenante !

C’est là la question fondamentale que vous devez vous poser avant d’engager quiconque. Certes, certaines choses relèvent du domaine du « politiquement correct nécessaire », comme le fait de ne pas venir en chemise hawaïenne + tongues au bureau. Mais d’aucuns pourraient vouloir encourager les prises de risques et les candidats audacieux. Car ce genre d’initiatives demande du courage, de l’audace, de l’imagination et de l’investissement. Si votre entreprise encourage ses travailleurs à prendre des risques et à être entreprenant, alors oui, les candidats excentriques sont faits pour vous.

 

Source : Inc.com

Retour à la liste