Ce que votre bureau dit de vous

Quelque 57 % des travailleurs américains admettent avoir déjà jugé leurs collègues sur base de la propreté de leur bureau. Maniaques de la propreté ou bordéliques en puissance se voient donc jugés sur base de leur espace de travail… Mais est-il réellement le reflet de leurs compétences ?

Si cela vous est déjà  arrivé de juger votre collègue parce que son bureau est un amoncellement de piles de documents, de post-it et de restes de déjeuner en décomposition, alors c’est sans doute que votre bureau a déjà  été jugé par vos collègues aussi… Que dit-il de vous ?

> Consultez toutes nos offres d'emploi !

  • Le minimaliste

Un peu par goût, un peu par paresse, un peu par méfiance, vous n’avez jamais décoré votre bureau avec des objets personnels. Celui-ci ne comprend qu'un ordinateur, un clavier et une souris (et aucun signe de vie). Télétravail, réunions à l'extérieur, longue pauses déjeuner, vous êtes d'ailleurs le plus souvent possible hors du bureau... Les quelques collègues qui ne pensent pas que votre bureau est inoccupé vous prennent pour une personne froide et distante. Derrière votre dos, ceux qui sont jaloux de tant d’ordre répètent la phrase d’Einstein : Si un bureau en désordre est la preuve d’un esprit brouillon, que dire d’un bureau vide ?

> 7 astuces simplissimes pour une meilleure ambiance au bureau

  • Le plein à  craquer

Petit, vous faisiez des réserves de nourriture en cas d'attaque de zombies. Aujourd'hui, vous avez toujours du mal à  jeter les choses, même les dossiers clôturés depuis des mois. Résultat : votre bureau... déborde. Tous les tiroirs sont remplis d'archives, votre ordinateur a du mal à se faire une place parmi vos anciennes notes de réunions et vous voyez à peine votre écran avec tous ces post-it. Vos collègues savent que vous êtes un bosseur, mais aussi que vous voulez sans cesse tout contrôler et que vous êtes très exigeant.

> Un post-it peut-il réduire votre stress?

  • Le crade

Ça fait longtemps que la nouvelle femme de ménage à  renoncé à  passer un coup de chiffon sur votre bureau. On dit même que c'est ce bureau qui est la cause de la démission de la précédente... Vous avez la fâcheuse habitude de laisser traîner les denrées périssables. Tasses de café à  moitié remplies recouvertes d'une couche de moisissure, fruits pourris, emballages de gâteaux et vieux Tupperwares non nettoyés dégagent une odeur caractéristiques. Il se murmure même qu'un jour, Jean-Pierre de la compta y a vu une souris. Vos collègues vous aiment bien, mais ils évitent toujours de s'asseoir à côté de vous en réunion.

> Votre collègue sent mauvais? Comment le lui dire?

  • Le documentaliste

Votre bureau est le musée de votre vie. Il déborde de photos de famille, de dessins d’enfants, de cartes postales, de souvenirs ramenés du dernier team-building, voire de vos diplômes de primaire… Très amical et chaleureux, vous considérez tous les business lunches comme de jolis souvenirs. Vos collègues apprécient le fait que vous gardez toujours deux ou trois copies de chaque dossier dans vos archives, mais redoutent le jour où vous encadrerez un e-mail confidentiel.

> Voir aussi: le sens de l'organisation pour les nuls

  • Le technologique

Vous êtes le premier à  tester toutes les nouveautés. Que vous soyez comptable, vendeur ou responsable IT, votre bureau est équipé de tous les gadgets technologiques inventés pour « augmenter la productivité ». Votre bureau impressionne vos collègues : il y a plusieurs écrans LCD d’ordinateurs, plein de gadgets et un amoncellement de chargeurs et de fils électriques derrière. Vos collègues sont agacés par votre jargon incompréhensible et craignent secrètement que vous ne fassiez sauter les plombs en branchant un énième prototype.

  • Le zen

Entre les petits Bouddha en pierre, les pousses de bambous, le bonzaï et les citations du Dalaï-Lama, on aperçoit un mini-jardin de sable où vous pouvez vous détresser en dessinant des formes avec votre mini-râteau. Des ondes positives émanent de votre bureau, et vos collègues aiment s’y rendre pour se calmer et relativiser leurs problèmes. Par contre, ils se méfient de votre non-respect pour les deadlines… Et de votre tendance à  méditer pendant les réunions.

> Les salariés belges sont stressés et boivent trop

Source : Marketo

Publié :

Retour à la liste