Ces jeunes qui préfèrent la “chill attitude” au full time

Rédigé par: Naïs Veyrier
Date de publication: 15 janv. 2024

La nouvelle génération délaisse le travail à plein temps pour adopter un peu plus de temps libre, une "chill attitude". Pourquoi et comment cette approche redéfinit-elle les contours du succès professionnel ?

JEUNES MI TIME

Dans ce monde où le "boulot, dodo, boulot" ne fait plus recette, les jeunes actifs sont nombreux a décider de mettre leur temps plein sur pause. D'après un sondage d'OpinionWay, 39% des jeunes entre 18 et 29 ans ont décidé que le secret du bonheur, c'était de jongler entre vie professionnelle et vie personnelle sans se casser la tête.

"Je ne débranchais jamais", raconte Benoît, 29 ans, ingénieur qui avait l'impression de bosser 90% de sa vie. Après une pause forcée de deux semaines à cause d'un surplus de boulot, il réalise qu'il était à fond dans son travail. La solution ? Son chef voulait le garder, alors ils ont conclu un deal : mi-temps, trois jours par semaine. Résultat : Benoît peut enfin se lâcher sur sa passion, la musique électro, au lieu de rester collé à son bureau. Pour Karine Briard, le mi-temps par choix, c'est comme un break pour réfléchir à la vie. "Faut peut-être se détacher un peu de son travail", explique l’économiste. 

Lever le pied
Louis, 28 ans, a aussi décidé de lever le pied. Bosser pour la bonne cause, c'est cool, mais ça bouffe tout ton temps et ton énergie. Alors, il a négocié un deal avec sa boss : trois jours par semaine. Du coup, il a le temps d'être bénévole pour une association qui aide les sans-abris à Bruxelles. Pour ce qui est d’un point de vue monétaire, Benoît et Louis, célibataires sans enfant, s'en sortent bien. Benoît, qui touchait 3 000 euros par mois à plein temps, se contente d'environ 1 700 euros en mi-temps. Louis, lui, gagnait 2 000 euros avant, maintenant c'est 1 500 euros. Ils ont conscience de leur chance. "Si je touchais 800 euros, je ne ferais pas le malin", avoue Louis.

En tout cas, la nouvelle génération du travail, ce n’est pas forcément celle qui reste le plus longtemps au bureau, mais plutôt celle qui sait jongler entre le travail et le temps libre. Parce qu'au final, c'est peut-être ça, la vraie recette du succès !