HRM Night: Les cliniques de l'Europe remportent le prix

Publié : mardi 27 mars 2018 Par

Ce jeudi, lors de la HRM Night, les Cliniques de l’Europe, qui emploient 1.600 personnes et 300 médecins à Bruxelles, ont reçu le Références « talent acquisition award » qui récompense la campagne de recrutement la plus efficace et originale.

hrm night

Avec ses sites de Ste-Elisabeth à Uccle, St-Michel à Etterbeek et le Bella Vita Medical Center à Waterloo, les Cliniques de l’Europe veulent se positionner comme un ensemble hospitalier de réfé- rence pour Bruxelles et ses environs.

 

En septembre dernier, les Cliniques lançaient une campagne de recrutement intitulée « We Care », notamment dans les transports en commun bruxellois. Jennyfer Doria Tilleux, responsable du service de communication des Cliniques revient sur l’importance de cette campagne de communication résultat de la collaboration entre différents services des hôpitaux.

 

Que représente cet award pour les Cliniques de l’Europe ?

C’est une grande fierté pour nous d’autant plus que très franchement, nous ne nous y attendions pas. Il y avait tout de même trois autres grandes entreprises en concurrence. Il s’agit d’une grande reconnaissance de notre travail de ces derniers mois. Notamment une approche originale qui allie la communication et les ressources humaines dans la recherche de nouveaux collaborateurs. Par ailleurs, ce prix nous permet d’améliorer encore davantage notre visibilité. Et la visibilité est très importante ; il y a une très forte concentration d’hôpitaux à Bruxelles et il peut être compliqué de tirer son épingle du jeu. Et la demande de collaborateurs est plutôt forte.

hrm night

Le recrutement est difficile ?

Oui, assez. Notamment en ce qui concerne les soins infirmiers qui peuvent être difficiles à trouver. En plus, le nombre d’années d’études pour obtenir le diplôme est récemment passé de trois à quatre ans. Il y aura donc une année pour laquelle il sera plus compliqué de recruter de nouveaux diplômés. Comme les infirmiers ont un profil particulièrement recherché par la plupart des hôpitaux, ils sont plus mobiles et on observe un gros turnover entre tous les hôpitaux. La langue peut également poser un problème. Comme nos implantations se trouvent à Bruxelles, nos collaborateurs doivent donc parler français et néerlandais ce qui ne facilite pas la tâche. L’anglais est également un plus puisque la patientèle est souvent internationale et être sûr de bien être compris par le patient a énormément d’importance dans le rapport de confiance entre le personnel soignant et le patient.

 

Justement, le prix récompense la campagne la plus originale. Quelles initiatives ont été prises pour améliorer le recrutement ?

Une campagne a été lancée en septembre dernier pour améliorer notre visibilité en tant qu’employeur, mais aussi en tant que prestataire de soins. Cette campagne est le fruit du travail du service de ressources humaines des Cliniques en collaboration avec le service de communication et PH 410, une entreprise de communication externe. Première pour les cliniques, nous avons réalisé une campagne innovante dans les transports en commun bruxellois, notamment une campagne d’affichage dans les bus, trams et métros. Il a fallu oser, car ce genre de campagne n’est pas commun pour le secteur hospitalier. Nous ne sommes pas une firme commerciale, il fallait donc veiller à respecter nos valeurs.

Ainsi, pour représenter les Cliniques, nous avons fait appel à notre personnel. Cela renforce l’image que l’on souhaite véhiculer, à savoir : « We care ». Le sous-entendu implique que l’on prenne soin de vous, mais aussi de nous et de notre personnel. Cela crée une boucle vertueuse : si nos collaborateurs se sentent bien et s’épanouissent sur leur lieu de travail. Et cela se ressent bien entendu sur la qualité de leurs prestations ce qui ravit le patient et motive encore davantage le personnel. Nous avons également lancé la campagne via Facebook et les toutes-boîtes dans les communes d’Uccle et d’Etterbeek dans lesquelles nous sommes implantés.

Enfin, nous avons voulu impliquer le personnel afin que celui devienne notre ambassadeur en distribuant des goodies. Le but était de toucher de nouveaux publics. Si par exemple, une connaissance d’une employée administrative est infirmière, elle peut lui parler des avantages qu’elle pourrait trouver à rejoindre nos équipes.

 

Et cela fonctionne ?

Pour l’instant les signaux sont particulièrement bons. En 2016, nous avions reçu 2.881 candidatures. En 2017, ce chiffre a grimpé jusqu’à 4.088 et depuis le début de l’année, nous avons reçu 1.270 demandes. Mais nous ne comptons pas nous arrêter en si bon chemin. De nouvelles réunions sont déjà programmées avec les ressources humaines et la communication pour définir nos objectifs et notre stratégie pour l’année en cours. 

Retour à la liste