Combien empochent les traders à Wall Street ?

Alors que l'ex-trader français Jerôme Kerviel vient d'être condamné à  5 ans de prison, dont 3 ans ferme, pour avoir fait perdre près de 5 milliards d'euros début 2008, à  son ancien employeur, la Société Générale, qu'il est d'ailleurs également condamné à  rembourser, nous nous sommes demandé si les experts de la finance jonglent réellement avec de telles sommes. Réponse avec les salaires des petits génies de Wall Street.

Comment devenir trader à  Wall Street?

Pour avoir une chance d'entrer dans les arcanes de la finance new-yorkaise, un diplôme béton en économie, finance, commerce ou mathématiques ne suffit pas. Le candidat devra être capable de prouver une connaissance infaillible des marchés financiers et réussir les divers examens requis pour obtenir les licences permettant de jongler avec les millions. Avoir des relations déjà  en place dans le milieu peut évidemment se révéler être un gros atout pour sortir gagnant de la rude compétition entre candidats.

Autres qualités indispensables: une personnalité extrêmement résistante au stress et une passion sans borne pour son boulot, afin d'arriver à  survivre à  l'adrénaline et à  la pression liées aux fluctuations boursières souvent imprévisibles, aux 80 heures de travail hebdomadaires et  aux nombreuses prestations extérieures, comme des dîners et des galas, où la présence du trader est souvent requise jusque tard dans la nuit.

Salaires démesurés, bonus exorbitants

Pour ceux qui remplissent toutes ces conditions, les compensations financières ne se feront pas attendre. Un trader débutant dans la vingtaine commencera avec un salaire annuel de base de 130.000$ (environ 93.000€), surmonté d'un généreux bonus de 250.000$ (plus de 180.000€).
Après une dizaine d'année d'expérience, le salaire annuel grimpera aux alentours des 180.000$ (près de 130.000€) et le bonus atteindra le montant faramineux de 5 millions de dollars (plus de 3,6 millions d'euros).

Plus les années passent, et l'expérience du trader augmente, plus ses bonus se feront exorbitants. A tel point que le salaire annuel fixe fait figure d'argent de poche à  côté. Les bonus se chiffrent en effet dans la plupart des cas en millions de dollars : chez Merril Lynch, plus de 100 employés du département des titres ont dépassé le cap du million. Chez Goldman Sachs, un autre grand nom de la finance new-yorkaise, ce sont des bonus de plus de 20 millions de dollars qui ont été attribués à  plus de 50 traders.

Impact de la crise: les traders gagnent plus que les CEO

La crise économique a tout de même légèrement changé la donne. Pour les grands patrons en tout cas, dont les salaires et les bonus étaient examinés  la loupe par les médias, prêts à  lancer un hallali contre ces banquiers cupides et responsables de la débandade économique. Ainsi, le patron de la grande institution financière Morgan Stanley s'est vu privé de bonus ces trois dernières années, tout comme les CEO de Barclays, de la Royal Bank of Scotland et de Citigroup.

Moins d'embarras était toutefois témoigné pour la rémunération des traders, qui, en faisant joujou aux quotidiens avec les actions boursières, garantissent les revenus et les bénéfices de la banque qui les emploie. C'est ainsi que, si le salaire annuel du patron de Morgan Stanley s'est limité à  un peu plus d'un million de dollars en 2009, l'un des ses 'risk officers' a lui récolté un total de 10 millions cette même année.

Et cette tendance est répandue dans la plupart des institutions financières. Le Wall Street Journal, qui a analysé les salaires dans 18 grandes firmes de Wall Street, les salaires collectifs des grands patrons ont diminué de 160 millions de dollars en 2008 à  110 millions de dollars en 2009. Les employés de ces mêmes firmes ont quant à  eux vu leurs salaires collectifs augmenter de 108 milliards de dollars en 2008 à  125 milliards de dollars en 2009.

La crainte de voir les bons éléments passer à  la concurrence a également poussé les banques à  offrir de faramineux bonus, oscillant de 5 à  10 millions de dollars, à  ceux qu'elles souhaitaient retenir dans leurs rangs.

Photo: Flickr/BBCWorldService

A la recherche d'un job dans la finance?

Retour à la liste