Combien gagne PSY avec Gangnam Style ?

Un Coréen bien en chair qui enchaîne quelques ridicules pas de danse en parsemant son charabia incompréhensible de slogans anglais. Ce n’est pas exactement l’image que l’on se fait d’un hit mondial, n’est-ce pas ? Eh bien détrompez-vous : avec son « Gangnam Style », le rappeur PSY (34 ans) – de son vrai nom Park Jae-Sang – bat tous les records.

Le clip de son tube a déjà été visionné plus de 474 millions de fois sur YouTube et 4,1 millions de fois ‘aimé’, ce qui lui assure d’ores et déjà une place dans le Livre Guinness des Records. Hors de Corée du Sud, le single s’est propulsé au sommet des charts en Australie, au Canada, au Royaume-Uni, en Israël et aux Pays-Bas. Chez nous aussi, ce titre truste la première place de l’Ultratop en Flandre depuis trois semaines. Aux États-Unis, « Gangnam Style » reste pour le moment cantonné à la deuxième place.

100 millions de hits = 100 000 dollars

En août déjà, le site ‘OH K-Pop’ avait osé une estimation des recettes perçues par PSY grâce aux ventes de son sixième album (sur lequel figure ‘Gangnam Style’), à ses concerts et à ses contrats publicitaires. L’estimation avoisinait alors les 10 milliards de wons, soit 6,9 millions d’euros. Le site avait alors tenu compte des recettes des ventes dans son propre pays (représentant à elles seules 800 millions de wons ou 555 646 euros), d’un concert pharaonique à Séoul le 11 août (3 milliards de wons ou 2 millions d’euros) et 2 milliards de wons (1,4 million) de contrats publicitaires.

Ce n’est sans doute là que la pointe émergée de l’iceberg. Depuis lors, plusieurs mois se sont écoulés, les ventes sur le très lucratif marché américain ont explosé et le compteur de vues pour son clip sur YouTube ne cesse de tourner. D’après le site Web Social Times, un titre rapporte environ 100 000 dollars (77 000 euros) par 100 millions de vues ou d’écoutes sur la toile.

PSY a également signé un contrat avec Scooter Braun, le manager de Justin Bieber et Usher, entre autres.  Ce contrat lui permet d’empocher 60 000 dollars (46 000 euros) à chaque fois qu’il vient faire sa désormais célébrissime danse à Las Vegas. Un montant comparable à celui que touchent LMFAO ou DJ Pauly D, des habitués de Las Vegas qui ont pourtant un peu plus de bouteille que notre ami sud-coréen.

Des retombées familiales

La mode Gangnam Style génère également un effet secondaire pour le moins surprenant. Le succès de PSY se répercute en effet sur l’entreprise d’électronique de son père Park Won-Ho. Les actions de sa société, DI Corp, ont décollé de 188 % suite à la furie de Gangnam Style sur YouTube. Lui et le frère de PSY, Park Won-Deok, qui possèdent respectivement 10 et 15 % de l’entreprise, ont ainsi gagné en un temps record 23 millions d’euros.

Ils peuvent dire merci à leur fils et frère dansant, surtout lorsque l’on sait que l’entreprise essuyait des pertes depuis quatre trimestres consécutifs et que, en juin, l’action de DI Corp était encore à son plus bas historique.

D’après l’analyste Jung Geun-Hae, le succès de DI Corp s’explique comme suit : « Les bourses réagissent normalement aux performances d’une entreprise, mais, et c’est surtout vrai en Corée, elles peuvent aussi être très fortement influencées par des facteurs abstraits, comme l’opinion publique. »

Retour à la liste