Combien gagne une hôtesse de l’air?

Ine Myny travaille depuis 2 ans et demi pour la compagnie aérienne Jetairfly: “C'est un chouette job avec beaucoup de variété. Chaque jour en tant que 'cabin crew member' - l'intitulé moderne des hôtesses de l'air - est différent.” Mais à  quoi ressemble justement un jour dans la peau d'une hôtesse de l'air?

Comment se déroule une journée de travail?

“Nos horaires sont toujours différents. Parfois nous partons très tôt le matin, parfois l'après-midi. Nous nous réunissons dans la cabine d'équipage. L'équipe est différente sur chaque vol. Il y a tellement de monde qui travaille pour Jetairfly que nous nous rencontrons parfois pour la première fois. Nous parcourons avec le senior crew member et le pilote l'itinéraire du vol, le nombre de passagers, les repas commandés, les passagers qui ont éventuellement besoin d'assistance, ... Le senior crew member pose aussi une question sur les procédures de sécurité. Nous devons pouvoir y répondre. C'est une façon de maintenir nos connaissances à  jour.”

“Dans l'avion, chacun a ses propres tâches. Nous sommes en général trois ou quatre membres d'équipage. L'un s'occupe de vérifier les portes, toilettes, sièges, matériel, ... L'autre aide lors de l'embarquement. Après le décollage, dès que nous pouvons quitter notre siège, nous nous distribuons les boissons et les repas, présentons les articles hors taxes sur les cols hors Europe, ... Après l'atterrissage, nous nous assurons que tout le monde a quitté l'avion.”

Formation

“Il faut d'abord affronter une procédure de sélection approfondie avant de pouvoir travailler comme hôtesse de l'air chez Jetairfly. Il y a d'abord un entretien téléphonique en trois langues: français, néerlandais et anglais. On est ensuite invité à  une discussion de groupe, aussi en trois langues. Si l'on réussit cette épreuve, suit un entretien individuel, à  nouveau en trois langues. Après cet entretien suivent quelques tests pratiques: dans une réplique d'avion, vous êtes confrontés à  des situations réalistes, comme par exemple un passager agité. Vous devez montrer comment vous réagiriez. Si vous réussissez, vous devez encore passer le contrôle médical.“

“Ensuite commence la formation. Elle dure un mois, pendant lequel on est rémunéré. La formation concerne principalement les différentes procédures de sécurité existantes. Mais aussi notre connaissance du matériel et du service. Pendant la formation, nous effectuons des exercices pratiques à  Charleroi, comme des exercices d'évacuation, d'incendie et avec le toboggan d'évacuation. Nous suivons également un cours de secourisme.”

1.430 euros mensuels brut + extras

“Par mois, nous faisons au minimum 62,5 heures de vol. Sont comptabilisés comme heures de vol les moments où l'avion se trouve vraiment dans les airs. Les heures passées par exemple à  préparer le vol, ne sont pas considérées comme des heures de vol. Nous appelons cela les 'blocks on' et 'blocks off', en référence aux blocs qui entravent les roues de l'avion lorsqu'il est à  l'arrêt.”

“Le salaire dépend du nombre d'heures de vol. Mon revenu varie donc de mois en mois. Mais j'ai une base de 1.430 euros brut. S'ajoute à  ce montant un bonus par vol et une augmentation de salaire chaque année.  Si nous devons séjourner sur le lieu de destination, nous sommes logés en hôtel all-in, de sorte que nous ne devons pas payer notre nourriture. L'été est la période la plus chargée.”

“Nous avons en général trois jours de congé par semaine, variables selon le schéma de vol. Ces trois jours de repos sont vraiment nécessaires pour récupérer. Dans les airs, le niveau d'oxygène est plus faible et nous devons donc fournir davantage d'effort pour effectuer nos tâches.”

Avantages extralégaux

“Via notre travail, nous bénéficions d'une assurance hospitalisation moins chère. Nous recevons également notre uniforme de Jetairfly, évidemment. Chaque année, nous recevons des points grâce auxquels nous pouvons acheter des vêtements : une veste, un chemisier, une jupe, des chaussures... Grâce à  l'agence de voyage Jetairfly, nous pouvons également voyager moins cher. Mais la règle est que les passagers reçoivent toujours la priorité. Il faut donc voir ce qui est encore disponible.”

Voulez-vous m'épouser?

“L'anecdote la plus drôle qui me soit arrivée est lorsqu'un passager m'a soudainement demandé de l'épouser. Il pensait que c'était son destin. Je l'ai remercié gentiment (elle rit). Les voyages les plus lointains que j'ai faits jusqu'à  présent sont Cancun, au Mexique, le Kenya et la République dominicaine. La plupart du temps, nous restons très peu de temps sur place, mais de temps en temps, comme au Kenya, j'ai le temps de voir un peu de pays.“

Texte: Mies Cosemans

Retour à la liste